La maison de Milly

23 avril 2017

La nouvelle 'Anne'

Anne_MediaCentre_750x360_v1

J'attendais le bon moment pour venir vous parlez de cette nouvelle série 'Anne'.

Histoire de vous donnez un petit avant-goût. 

Je vais regarder la 8 ième épisode ce soir. Pourtant, il y en a un 9 ième à l'horaire dimanche prochain.

Peut-être ont-il fait 8 épisodes de 2 heures et on nous les présente 1 heure à la fois?

C'est un pur bonheur, même si je dois l'écouter en anglais pour le moment.

Selon des informations de chez 'Sous les lilas', nous devrions voir la série en français sur Netflix à partir du 12 mai 2017.  Inutile de vous dire que cette date est inscrite à mon agenda.

Pour voir le billet de 'Sous les lilas' où on peut voir une bande-annonce en français, 

c'est ICI

 

ANNE_102_Day2_KW_0027

Pour ce billet, je me suis permise d'afficher beaucoup d'images. Le visuel de cette série est autre que celle qu'on connait bien avec Megan Follow.  Moi qui croyais faire de mauvaises comparaisons, il n'en fut rien.  Bien sûr, je ne peux m'empêcher de comparer des détails, mais toujours très positif. 

Chacune des deux séries a ses qualités.  Pour moi, elles se complètent.  Les réalisatrices ont vraiment fait un beau travail.

Celle-ci est beaucoup plus réaliste, moins fleur bleu, plus humaine.  Par exemple, je trouve que Marilla s'attache à Anne beaucoup plus tôt que dans la première série.

Rachel Lynde est moins exaltée. 

Il y a des retours en arrière dans la tête de Anne.  Elle doit s'adapter à une famille, l'école, les enfants, les jugements.  Elle vit constamment avec la peur d'être abandonnée.  Ce n'est pas facile pour elle.  Elle vient d'un monde dur.  Elle a du vieillir plus vite que les autres enfants. Ce qui explique ses sautes d'humeur plus violente que notre vieille Anne.

Il y a bien sûr, des situations que nous retrouvons dans 'Anne et la maison aux pignons verts' et le roman, mais nous apprenons aussi de nouvelles choses sur Matthew par exemple et un amour de jeunesse. 

La semaine dernière, c'était l'épisode où Anne recevait Diana pour le thé, mais cette fois, elle se soulerons toutes les deux en buvant la liqueur de framboise croyant que c'était le 'sirop de framboise', les bouteilles confondues.

Je vais continuer d'aimer Anne et la maison aux pignons verts, et aimer la nouvelle 'Anne' excéquo!

J'ai tellement hâte de voir les épisodes en français. 

Et vous?

 

ANNE_102_Day2_KW_0073

Anne se confie à Marilla après un gros chagrin.  Cette comédienne ressemble beaucoup à notre Marilla 'classique' :)

 

ANNE_103_Day3_JS_0107

 

ANNE_104_D10_KW_0432

Anne aide avec les gens du village à éteindre un incendie.

ANNE_104_D6_KW_0267

Ruby Gillis

ANNE_104_D6_KW_0299

Le beau Gilbert Blythe

ANNE_102_Day9_KW_0111

Anne et son amie de coeur Diana

Source des photos

C'est avec plaisir que je rajoute ce billet à ma liste de Lucy Maud Montgomery!

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Ce qu'en disait Radio-Canada (Source ici)

Amybeth McNulty dans le rôle d'Anne Shirley (« Anne, la maison aux pignons verts »)

La jeune Amybeth McNulty, originaire d'Irlande, a obtenu le rôle du célèbre personnage principal d'Anne, la maison aux pignons verts, dans la nouvelle adaptation qui sera diffusée sur CBC et sur Netflix.

Radio-Canada avec La Presse canadienne

L'adolescente de 14 ans a été sélectionnée parmi 1900 candidates provenant de partout dans le monde pour personnifier la jeune orpheline Anne Shirley, créée par l'auteure Lucy Maud Montgomery.

Originaire de Donegal, dans le nord de l'Irlande, Amybeth McNulty détient également la citoyenneté canadienne, sa mère étant native de Calgary. Actrice depuis l'âge de 6 ans, McNulty a participé à plusieurs productions, dont le film de science-fiction Morgan, avec Kate Mara.

La distribution de cette nouvelle adaptation d'Anne, la maison aux pignons verts, intitulée simplement Anne, comprend également Geraldine James et R.H. Thomson, dans les rôles de Matthew et de sœur Marilla Cuthbert, qui adoptent Anne.

Anne, la maison aux pignons verts
La maison aux pignons verts qui aurait inspiré l'écrivaine Lucy Maud Montgomery est à Cavendish. Photo : PC/Andrew Vaughan

Le scénario est basé sur le livre original de Lucy Maud Montgomery, mais explore de « nouveaux territoires », selon l'équipe de production.

" Adapter l'histoire d'Anne m'excite beaucoup », explique la réalisatrice, Moira Walley-Becket. La Canadienne a notamment gagné un Emmy pour la série américaine Breaking Bad.

Les thèmes de l'histoire d'Anne sont contemporains. On parle de féminisme, de préjugés, d'intimidation et de désir d'appartenance. Les enjeux sont importants et le parcours émotionnel d'Anne est tumultueux. Je suis excitée de plonger dans cette histoire, de pousser les limites et de lui donner une nouvelle vie."

- La réalisatrice de la nouvelle série Anne, Moira Walley-Becket

Le tournage de huit épisodes a débuté en septembre à l'Île-du-Prince-Édouard et se poursuit en Ontario. La série sera diffusée en 2017, 30 ans après la présentation de la minisérie Anne, la maison aux pignons verts.

Le personnage d'Anne Shirley a inspiré plusieurs créateurs de télévision, film et théâtre. Plus de deux douzaines d'adaptations ont vu le jour au fil des ans.

Anne, la maison aux pignons verts fait partie de la culture populaire des Maritimes et continue d'attirer les touristes en grand nombre à l'Île-du-Prince-Édouard, endroit où se déroule l'histoire.

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


17 avril 2017

Lundi de Pâques!

Je vous présente Baxter et Scooter

Deux lapins que j'ai découvert mercredi dernier.

J'ai vraiment craqué en voyant cette collection

"Hop la Vie!"

ou

"Hop Town Bunnies"

C4ZkQ1tVUAAvZfT

 C'est comme ça que les fabricants les appellent.

J'ai d'abord craqué pour Scooter, avant de voir Baxter.

Comment choisir?

J'ai attendu l'ouverture du magasin ce matin. 

10h00 pile, j'y étais.  J'ai pu les obtenir à 50% de rabais. 

 

102_2594

Voici Scooter et ses deux bébés lapins dans le panier.

On dit de lui:

"Scooter le cycliste fait ses rondes à Saut-ville chargé de fleurs et d'une précieuse cargaison à poils doux."

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

102_2593

Baxter!

On peut lire à l'endos de son étiquette ceci:

"Il était une fois un petit dévoreur de livres prénommé Baxter qui ne sortait jamais sans son bouquin préféré et ses lunettes."

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Cette semaine, je vais profiter de ces joyeux personnages encore un peu.  Mais, je pense garder Baxter toute l'année devant ma petite bibliothèque!

J'espère que vous avez bien profité de votre congé en ce lundi de Pâques, si congé vous aviez! :)

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

16 avril 2017

JOYEUSES PÂQUES 2017!

afa1149ff3fc88941f5beaf657165cfd

Je vous souhaite un beau dimanche de Pâques malgré la pluie.

Qu'il soit sec ou mouillé, gris ou ensoleillé,

l'important c'est de pouvoir le souligner

avec les gens que vous aimez!

photo%20tulipe-1

***

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

12 avril 2017

Bonheur du soir...

tumblr_ndaxcvT0xo1r5et7oo1_500

J'ai choisi cette vieille gare pour illustrer mes états d'âme de ce soir.  La voix ferrée représente ma route. La matiné était brumeuse et ma journée empreinte de petites joies tranquilles.  L'image parfaite pour exprimer mon envie soudaine de vous dire combien j'ai passé une belle journée.

Je me sens comme le petit écureuil qui avait trop de mots qui voulaient tous sortir en même temps.

 

9782211048804

 

Je les ai gardés entre mes joues toute la journée!

*

En réparant la courte-pointe de mon fils, je repasse dans ma tête les bons moments passés avec ma soeur.  Nous avons fait du shopping, flânée, pris des cafés latté (déca) parler, parler. 

Ayant pris un petit en cas vers 15h00, je n'avais pas vraiment faim au souper.  Je me suis enfermée dans ma chambre pour continuer mon travail d'aiguille commencé hier soir devant la télé.  Mais voilà que Brioche s'est fait un nid douillet à l'autre bout de la courte-pointe.  M'empêchant ainsi de tirer dessus.. Donc, ce soir je me suis mise à l'abri de cette grosse 'dondon'.

 

102_2582

  J'aime beaucoup faire des travaux d'aiguille quand l'occasion se présente.  Du coup, je récupère et chaque petit point représente pour moi un geste d'amour envers les miens.  Il ne sont pas non plus sans me rappeler une histoire de Noel de Beatrix Potter.

"Le tailleur de Glouscester"

tailleur-gloucester-beatrix-potter-L-1QXsxJ

Vous connaissez cette histoire?

On retrouve souvent de vaillantes petites souris qui font des travaux d'aiguille dans les contes.

J'ai ouvert à peine la fenêtre de ma chambre.  Aussitôt que le soleil s'est couché (Il y en a eu très peu aujourd'ui) j'ai pu entendre mes oiseaux du soir.  J'ai aussi entendu un vol d'oies sauvages.  Je ne sais pas si c'est à cause des éliminatoires du hockey qui commencent à la télé, mais contrairement à d'habitude, il y a peu de voitures qui passent dans ma rue.

Revient alors le silence et une certaine paix.  Le pourquoi, je peux entendre mes oiseaux. 

Quand je suis rentrée à la maison, mon conjoint avait fait tout le ménage, et il m'a remis une enveloppe arrivée de la poste qui m'était destiné. 

Merci Nicole! .. mes graines de potimarons.. C'est trop gentil!

et le superbe magnet!

Que fait Brioche dans le cerisier?

On dirait qu'elle s'y est endormie!

Ce magnet est vraiment joli!!!

102_2586 

102_2587

 Et les semis:  Quelle belle invention!

"L'immensité contenue dans l'infiniment petit.."

Ça m'émerveille toujours.

*

J'ai déballé mes petits achats et trouvailles de la journée.

 102_2588

  J'étais pourtant partie sans aucune intention d'acheter quoi que ce soit.

Et je continue mes petits points de surjet en pensant quelle sera ma prochaine lecture.

Celui-ci

41fJIVb-EmL

ou

Celui-là

1695420-gf

ou

1867330-gf

Le choix est vraiment difficile!

Voilà! je crois que je vous ai tout dit mes mots du soir.  Il me semble que je vais mieux dormir! :)

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

10 avril 2017

Rose et ses soeurs

 1729893-gf

RT1CAB1DNYDCAO93O72CAHOEMFVCAQ7LRR0CAMGZ3XZCABDKIDUCAC0Y8NWCAPKSLL3CANNEYWJCAZDWX9GCA2Z0QZWCA3D6QGWCAM801JFCAM5GQ1CCAPLOLP5CA7BWVGJCA8BU6S0CAZ7MTJ2Amanda Hodgkinson

Les Éditions Belfond

2016

348 pages

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Quatrième de couverture

Des bas-fonds de Southampton à un village isolé du Suffolk, de 1913 au début des années 70, un roman évocateur, l'émouvante histoire de trois soeurs hantées par les liens du sang et du secret.

Pour Vivian et Nellie Marsh, le décès de Rose, leur soeur aînée, sonne à la fois comme un malheur et une libération.  Certes, les deux jeunes femmes voient disparaître leur pilier, celle qui les a élevées à la mort de leurs parents, mais n'est-ce pas aussi l'occasion de s'affranchir d'une tutelle parfois étoufante?

L'arrivée d'un homme vient remettre en question ce qui les unissait et compromettre la promesse faite à Rose de rester toujours soudées et de se garder des tourments du coeur.

Vingt ans plus tard, un événement va provoquer les retrouvailles de Vivian et Nellie.  Et les deux soeurs n'ont d'autre choix que de retourner là où tout a commencé, dans ce petit cottage de campagne.

L'occasion de replonger dans l'histoire familiale, de comprendre enfin de quoi Rose cherchait tant à les protéger et découvrir son secret, un secret si lourd qu'il continue de peser sur les femmes de la famille Marsh...

*

Mon avis

Je viens de terminer ce roman sur une touche mélodieuse remplie de promesse, d'espoir et de longévité.  L'auteure a créé un savant portrait de la réalité à travers cette famille de femmes de génération en génération.

De beaux personnages attachants dans un coin de campagne au bord d'une rivière.

Vraiment une belle découverte pour moi que cette Amanda Hodgkinson.  Un roman trouvé au gré du hasard comme j'en ai souvent l'occasion en furetant entre les rayons de la bibliothèque.  Une très belle plume!

Dès la première ligne, je me suis laissé prendre par le récit de la vie des trois soeurs réunies et vivant en recluse dans un petit cottage isolé dans la campagne.  Elles vivent presque comme des sauvageonnes.  Ça raconte l'histoire de Nelly et Vivian, élevées par leur grande soeurs Rose.  Celle qui les a fait promettre avant de mourir de ne jamais se marier.  De toujours rester ensemble.

Mais la vie passe et chacune feront leur vie de leur côté.  Iront de découvertes en découvertes et auront à leur tour des enfants..

Je pense que tout est dans la finesse de l'écriture.  Une écriture toute en image et en souplesse.  Pour tous ceux et celles qui aiment contempler la vie toute simple, où la nature est omniprésente.

Je ne me suis pas ennuyée une minute.  On s'attache à Vivian et Nellie et plus tard à Birdie.

Une traversée de 1913 à 1970.

Vous pouvez feuilleter le livre ICI

AVT_Amanda-Hodgkinson_7088

Née en Angleterre dans le Somerset, Amanda Hodgkinson vit dans le sud de la France, où elle est chroniqueuse pour la Dépêche du Midi. 

22 Britannia Road (Belfond 2012; Pocket 2013), son premier roman très remarqué, a été sélectionné sur les listes des meilleurs romans de 2011.  Rose et ses soeurs est son deuxième roman à paraître chez Belfond.

Traduit de l'anglais par Marieke Merand-Surtel.

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 C'est certain que je vais lire son premier roman: 22 Britania Road.

9782714448514

*

Extrait page 82 - "Elle rassembla branches et bouts de bois, dressa une pile de bûches plus haute qu'elle.  Dans le verger, des touffes de perce-neiges semblables à de la cire fleurirent, et Vivian en cueillit des bouquets dont elle emplit le cottage.  Pots et vieilles boîtes de conserves débordants de fleurs blanches s'alignaient sur les marches de l'escalier, les étagères et les rebords de fenêtre.  Ils luisaient telles des centaines de minuscules bougies.  Vêtue de la robe rouge que lui avait donné la femme du pasteur, Vivian préparait sa maison pour l'enfant."

Extrait page 218 - "La ferme était entourée d'immenses champs de fleurs.  Une rivière roulait  au milieu, au-delà de laquelle poussaient davantage de fleurs encore.  Birdie ne s'était pas du tout attendue à ça.  Sa tante avait laissé entendre que l'endroit était sale et poussiéreux.  Posée au coeur de ce patchwork de fleurs multicolores, la maison, ayant son toit de tôle ondulée noire, paraissait solide.  Elle sentit son coeur tressaillir et se demanda si ce n'était pas le lieu le plus charmant qu'elle ait jamais vu.  De plus, voilà où sa mère et sa tante avaient grandi.  Peut-être était-ce pour ça qu'elle se sentait comme chez elle ici? "

Extrait page 302 - "Les peupliers bruissèrent, puis se turent.  Il fixa l'eau. (...) Un poisson sauta pour attraper une mouche, et le mouvement soudain lui flanqua la trouille.  Il vit une lueur argentée s'élever en ondulant dans l'air.  Le poisson goba la mouche, pivota sur lui-même et retomba dans l'eau.  Il disparut de sa vue, la surface miroitante de l'onde redevenue un reflet limpide du ciel, des nuages et des arbres.  Framsden était rempli d'un sentiment de magie.  Il était bouleversé d'avoir vu un poisson bondir, défiant sa nature aquatique pour s'élever vers son monde à lui.

Quelques instants plus tard, un lièvre brun traversa les champs de l'autre côté de la rivière.  Il s'arrêta soudain de courir et s'accroupit, agitant ses grandes oreilles en tous sens.  Framsden distingua ses yeux ambrés, la pointe d'un noir d'encre de ses oreilles.  Puis il s'enfuit d'un bond.  Est-ce que l'animal l'avait regardé? Sa grand-mère aurait dit que oui.  Elle était née ici, comme lui.

   "Toi et moi, on a en partage nos origines, lui avait-elle chuchoté comme un secret, un doigt posé sur ses lèvres.  Nous sommes des enfants de la rivière."

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


29 mars 2017

Si loin des siens

2091887-gf

Tamara McKinley

alias Ellie Dean

l'Archipel

2016

370 pages

*

Quatrième de couverture

En septembre 1940, Polly Brown a accepté un poste d'infirmière à l'hôpital Cliffehaven, sur la côte sud de l'Angleterre, pour se rapprocher de son mari Adam blessé au front. Alice, sa fille de 5 ans, a été envoyée au Canada pour fuir l'Europe en guerre. À la pension du Bord de Mer où elle a emménagé, Polly fait la connaissance de Danuta, une jeune polonaise ayant perdu toute sa famille... Fait suite à : "Et le ciel sera bleu"

billet ici

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Mon avis

Une fois de plus, Tamara McKinley nous rammène à la pension du bord de mer.  Comme on le mentionne dans la quatrième de couverture, nous connaîtrons l'histoire de Polly et de Danuta qui devront partager un chambre de la pension.  Au début, elles devront s'apprivoiser l'une et l'autre.  Une amitié grandissante qui leur permettra petit à petit de se confier et de traverser des épreuves difficiles.  Au début, j'ai cru que ce deuxième tome ressemblerait trop au premier.  Finalement, je me suis laissée prendre surtout par le sort de Polly.

Il y a aussi Cissy, la fille de Peggy qui tient la pension.  Elle sera prise dans un bourbier par le patron 'vérreux' de la troupe de danseuses auxquelles fait partie Cissy.

Ce qui fait donc deux tomes divertissants à lire.  Je suis donc prête pour le troisième.

Si vous aimeriez avoir davantage de détails sur ce roman, Mya a écrit un billet beaucoup plus complet.

Lire ici le billet de Mya's books 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mars 2017

Conversations avec un enfant curieux

2106316-gf

RT1CAB1DNYDCAO93O72CAHOEMFVCAQ7LRR0CAMGZ3XZCABDKIDUCAC0Y8NWCAPKSLL3CANNEYWJCAZDWX9GCA2Z0QZWCA3D6QGWCAM801JFCAM5GQ1CCAPLOLP5CA7BWVGJCA8BU6S0CAZ7MTJ2

Michel Tremblay

Leméac-Actes-Sud

2016

148 pages

*

Quatrième de couverture

Dans son dernier roman, Michel Tremblay nous parle à travers l'innocence de ses cinq,
six, sept, huit, neuf et dix ans. Il revit ses échanges avec sa mère au sujet d'un
petit Jésus de plâtre trop gros pour la crèche familiale, avec sa tante Tititte sur
les usages corrects et incorrects du pronom tu, avec mademoiselle Karli - son
enseignante - à propos du comportement d'Hérode dans l'Évangile selon saint
Matthieu, avec l'amie Ginette sur le compte de Bambi et de Walt Disney, avec
grand-maman Tremblay sur les livres sans images et sur sa tante Robertine qui
ne lit jamais, avec sa mère, de nouveau, à propos du troisième secret de
Fatima.

Menés exclusivement en mode dialogué, ces récits pétillants d'innocence
mettent en scène des interlocuteurs rivalisant de mauvaise foi, malgré
l'affection manifeste qu'ils portent tous à l'enfant de la Grosse Femme.
Conversations avec un enfant curieux constitue une leçon sur l'art du
dialogue, par un maître de la conversation. Plaisir assuré.

Mon avis

Je ne pouvais passer à côté de ce savoureux roman, sans venir vous en parlez.

Je le conseille surtout à tous ceux et celles qui ont connu l'école au temps où l'histoire religieuse prenait beaucoup de place.  C'est vraiment un livre à lire! C'est tellement drôle de voir les adultes 'patiner' pour essayer de lui répondre sans ternir leur position de supériorité :)

Mon chapitre favori est celui où il remet en question l'histoire du roi Hérode.

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Lecture du moment

2091887-gf

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

13 février 2017

Clara est amoureuse

Un petit clin d'oeil tout spécial pour Silvia! :)

836431-gf

RT1CAB1DNYDCAO93O72CAHOEMFVCAQ7LRR0CAMGZ3XZCABDKIDUCAC0Y8NWCAPKSLL3CANNEYWJCAZDWX9GCA2Z0QZWCA3D6QGWCAM801JFCAM5GQ1CCAPLOLP5CA7BWVGJCA8BU6S0CAZ7MTJ2

Andrea Hebrock

Illustrée par Isabel Abedi

Éditions NordSud

2007

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Quatrième de couverture

Tu aimerais trouver le grand amour?

Ne vas pas le chercher trop loin,

car c'est LUI qui viendra à toi.

Et quand il sera là,

ton coeur le reconnaîtra tout de suite!"

***

Première page

"Au petit matin, baignée par le soleil,

la prairie respire silencieusement.

Mais si tu tends l'oreille, tu entendras peut-être

le léger craquement des bourgeons qui éclatent."

*

Une autre histoire de souris toute en prose qui se déroule dans un pré, au printemps.

C'est le réveil de Clara qui semble avoir dormi tout l'hiver et va rejoindre sa maman qui lui annonce que le printemps est arrivé.

 

102_2569

Mais Clara se demande 'C'est quoi le printemps?'

Sa maman lui dit:

"Le printemps, c'est quand tout s'éveille! Les souris, les hérissons, les abeilles, les ours, les fleurs...et l'amour"

 

102_2575

 

"C'est quoi l'amour? demande Clara ouvrant de grands yeux. 

"L'amour, dit Maman Souris, rêveuse, c'est quelque chose de spécial!

Cela nous donne des ailes et nous fait frissonner.

Notre coeur bat la chamade, et on a envie de bondir jusqu'aux nuages tellement on se sent bien.

 

"Ça a l'air fantastique!" dit Clara.

*

C'est alors qu'après un bon petit déjeuner bien copieux, Clara partira à sa recherche, mais sans trop savoir ce qu'elle cherche vraiment.  En chemin, elle va rencontrer un ami qui cherche aussi l'amour sans savoir où le trouver...

 

102_2570

***

102_2571

"Ils le cherchent dans la grande prairie."

102_2573

"À force de regarder à droite et à gauche, Clara commence à avoir le tournis."

- Eh bien moi, dit-elle, j'ai l'impression que si l'amour se trouvait par-terre, tout le monde marcherait dessus!

102_2574

FIN

C'est vraiment une jolie histoire bien tournée, qui démontre toute la douceur et la naiveté des souris, tout comme celle des enfants!  Un album coup de coeur pour moi!

J'ai aimé les illustrations et l'émotion qui ressort du visage des souris!

Un album qui fait du bien.

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Posté par Tante Fi à 18:51 - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

07 février 2017

L'homme du verger

1540-1

Amanda Coplin

10-18

Littérature américaine

544 pages

*

Quatrième de couverture

'Wenatchee, à l'aube du XX° siècle, dans une vallée reculée au nord-ouest des États-Unis.

Le vieux Talmadge mène une existence apaisée au milieu de ses arbres fruitiers lorsque le destin s'introduit chez lui sous l'apparence de deux fillettes farouches et affamées. 

Ils vont s'apprivoiser, lentement.

Avant que le passé douloureux des deux soeurs ne les rattrape, bouleversant à jamais leurs vies...

Tissé de sensations, ce récit au lyrisme vibrant saisit avec une rare délicatesse le mystère des êtres et des liens qui (dé)font une famille.

Un magnifique premier roman.'

 

Mon avis

En lisant la quatrième de couverture, déjà on devine la présence de la nature qui nous accompagnerat tout au long du roman.  Effectivement, elle vient adoucir les soucis difficiles, de certains personnages.

Ce n'est pas facile de parler de ce roman singulier.  Un roman qui ne ressemble qu'à lui-même.  Il pourrait même être inspiré d'un fait vécu.  C'est peut-être la raison pour laquelle, le rythme est lent un peu comme dans la vraie vie.  Toute une vie de labeur dans un verger.  Toutefois, comme dans tout bon roman vient se greffer une histoire sordide.  L'histoire de Jane et Della.  Deux jeunes filles dont Talmadge, le personnage principal, réussira avec beaucoup de patience, à les apprivoiser.  Comme on le fait pour de petits animaux sauvages. Elles se retrouveront donc un beau jour dans son verger.  Longtemps, elles garderont leur distance.  Elles ont peur.  Peur de l'homme (en général).  Elles ont faim. Elles sont sales... Talmage leur dépose chaque jour une assiette remplie d'oeufs aux oignons, pomme de terre, ou poisson... C'est Jane, l'aînée des deux qui va chercher le repas.  Petit à petit, elle arriveront à entrer dans la cabane du vieux Talmage et tout le déroulement de l'histoire s'en suit. 

Malgré le rytme lent, je n'ai pu m'empêcher de poursuivre.  Je voulais savoir jusqu'à la fin comment se terminerait cette histoire.  Car, malgré la lenteur du récit, ce n'est pas ennuyant et je le répète, la nature est si belle, si bienveillante pour Jane et Della.. Bref, c'est un merveilleux roman.

Pour vous donner une idée du déroulement de l'histoire, j'ai choisi de vous copier un extrait de la page 534.

Il ne dévoile aucune surprise.  Cet extrait aurait presque pu servir de prologue.  Vous y lirai la nomenclature des quelques personnages du roman et les étapes de toute une vie dans ce verger de pommes et d'abricots.

 

b41681dd69199e67a6204a78e8a05944

Source

 

***

    "Tandis qu'il reposait, inerte, sur son lit que la petite avait tiré près du poêle à bois, le passé reculait, rétrécissait.

     Il n'avait jamais été cet enfant apeuré, espérant constamment retrouver sa soeur.  Il n'avait jamais eu dix-sept ans, ni vingt-cinq, ni trente, prêt à mourir de désir après le dîner.  Il n'avait jamais été cet homme heureux, travaillant seul, riant de quelque plaisanterie racontée par d'autres en ville.  Il n'avait jamais voulu posser la tête sur le sein de Caroline Middey.  Il n'avait jamais chanté d'hymnes pour lui-même, parce qu'il se sentait seul.  Il n'avait jamais avoué à personne à quel point son propre reflet lui plaisait, même s'il savait qu'on le trouvait laid, avec ou sans les cicatrices de la petite vérole.  Il ne s'était jamais montré gentil, ni cruel.  Il n'avait jamais nourri ces deux filles qui étaient venues jusqu'à lui, il n'avait jamais pitié d'elles.  Il n'avait jamais regretté de ne pas avoir occis Michaelson - le jour où il était allé dans l'Okanogan, ou plus tard, quand Michaelson était venu au verger.  Il n'avait jamais été impressionné par Della, surpris par elle - il n'avait jamais été soulagé de la voir partir.  Son exentricité austère ne lui avait jamais manqué, sa tendresse qui le piquait au vif.  Ses cheveux étranges, ses yeux, ses coups d'oeil, sa façon d'être.  Il ne l'avait jamais vue, cette fille qui lui arrivait à peine à l'épaule, enfourcher un cheval méchant comme un serpent.  Il ne s'était  jamais assis à côté de Clee, en silence pour fumer une pipe un soir d'été.  Quand il était enfant, il n'avait jamais vagabondé avec Clee dans les herbes hautes pour courir après sa soeur: un jeu.  Il n'avait jamais été en prison.  Il n'avait jamais pleuré sa mère.  Il n'avait jamais cherché à faire resurgir le visage de son père.  Il n'avait jamais goûté un abricot, une truite, de la terre.  Il n'avait jamais dormi sous les constellations qui tournaient lentement, il ne s'était jamais baigné dans un ruisseau hivernal.

     Ses sensations s'estompaient, les merveilleuses comme les épouvantables, et chaque matin quand il ouvrait les yeux, le monde avait changé; et puis ce fut aussi le cas l'après-midi et puis chaque fois qu'il émergeait d'un somme.  Les quatre mêmes murs de la maison offraient des lumièeres et des ombres changeantes.  Le poêle à bois.  La petite qui se déplaçait dans cet espace clos.  Il connaissait son nom mais ce n'était plus indispensable, d'une certaine manière, d'en conserver le souvenir.  Ce n'était pas sa faute à lui; il n'avait pas le sentiment que c'était sa faute.  Elle s'asseyait à ses côtés, elle lui parlait et ce n'était même plus nécessaire de comprendre ce qu'elle disait.  Elle lui caressait la tête, elle lui essuyait le front avec une serviette humide, c'était agréable. Elle allait et venait; il l'appelait de différentes manières.

     Angelene, dit-il.  J'étais là quand tu es née.

     Je sais, répondit-elle."

***

     Un autre billet ici sur le blog de 'Balades entre les lignes'

d'où j'ai découvert et noté ce roman, Merci Sue! :)

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

05 février 2017

Des dents de souris

1205614-gf

RT1CAB1DNYDCAO93O72CAHOEMFVCAQ7LRR0CAMGZ3XZCABDKIDUCAC0Y8NWCAPKSLL3CANNEYWJCAZDWX9GCA2Z0QZWCA3D6QGWCAM801JFCAM5GQ1CCAPLOLP5CA7BWVGJCA8BU6S0CAZ7MTJ2

Carole Muloin

Illustré par Yvon Roy 

Les Éditions CEC en 2002

Pour les Éditions Trécarré en 2011

Collection Souriceau

24 pages

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 Voilà la question!

"Y a-t-il une fée des dents pour les souris?

Je me suis levée cette nuit pour le savoir.  Suis-moi. Tu le sauras aussi.

Bonne lecture!"

102_2576

Je viens vous parler de ces petits livres qui sont écrits spécialement pour les enfants qui commencent à lire tout seul.  Il sont classés par niveau: Débutant, intermédiaire et avancé. 

Celui-ci est pour les 6-7 ans, donc, niveau 1.

J'imagine qu'on les retrouve davantage dans les bibliothèques scolaires, mais ils sont aussi disponibles sur les rayons des bibliothèques publiques.  Plusieurs maisons d'éditions ont leur collection.

J'ai eu envie de vous parler de ce titre en particulier, puisqu'il est trop drôle et cocasse.

Je suis certaine qu'un jeune lecteur sera captivé par l'histoire. Ce qui vient motiver le goût de la lecture.  

Aussi, pour piquer votre curiosité (ici, je m'adresse à tous ceux et celles qui ont de jeunes lecteurs, ou bien les enseignants) j'ai mis seulement deux photos.  La première page, sur laquelle Solani se demande s'il existe une fée des dents pour les souris?   

102_2577

ET!!! la dernière page sans texte avec pour seule indice l'illustration...

La réponse se trouve bien sûr entre les pages de ces deux images.

Il faut lire ce 'premier roman' pour savoir.

*

J'ai trouvé cette courte histoire géniale.  Les enfants vont s'identifier aux petites souris.(oui, il existe bel et bien une fée pour les dents de souris).  Toutefois, ils seront très étonnées de savoir comment ça fonctionne chez ces petits rongeurs.

C'est vraiment vers l'âge de 6 ans que les enfants commencent à perdre une première dent.  Il suffit de regarder les photos d'anniversaires autour de cette période, pour s'aperçevoir qu'il manque des dents ici et là! :)    C'est aussi, pour la plupart le temps d'apprentissage de la lecture. Un beau lien à faire!

Le pourquoi de l'importance de ces collections faites sur mesure pour les petits.

Phrases courtes, mots répétés pour qu'ils puissent visualiser souvent le même verbe par exemple.

Bravo, à tous ces écrivains qui doivent les créés avec plusieurs contraintes.   

*

En tout, la collection niveau débutant compte 6 titres

1. Un drôle de concierge

2.  C'est l'Halloween

3.  La dinde rôtie

4.  Le bonheur

6.  Le château de neige

À noter que les illustrations sont toutes en rondeurs et très jolies!

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

27 janvier 2017

Vivre heureux dans un petit espace

"À la recherche d'un bonheur simple"

9782081376144

Dominique Loreau

Flammarion

Janvier 2016

219 pages

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Introduction

(Pour cette fois, je préfère vous livrer des extraits de l'introduction plutôt que le contenu de la quatrième de couverture.)

"Si l'on demandait à chacun sa définition de l'habitat, on obtiendrait probablement autant de réponses, souvent contradictoires: pour certains, le toit ne représente qu'un refuge, un endroit où se reposer, dormir, entreposer ses affaires; pourvu qu'il y ait un lit et un réchaud pour le café, cela leur suffit.  Pour d'autres, au contraire, le logis est le noyau central de la vie, autour duquel tout gravite.

.... Certes, nous avons tous besoin d'un toit.  Mais de quelle sorte de toit?  Celui qui nous abrite nous convient-il?  Nous rend-il heureux? Est-il 'à notre taille'?  Nous apporte-t-il de l'énergie ou bien, au contraire, nous en vole-t-il?  Que nous nous en rendions compte ou pas, nous sommes tributaire du lieu que nous occupons (ou que nous voudrions occuper). 

De plus avoir un toit n'est pas toujours facile.  Pour beaucoup, plus qu'un choix, se loger est une contrainte économique et bien souvent sociale avant même d'être un plaisir ou un rêve réalisable.

 

dsc_0014

 

Quant à celui qui est propriétaire d'une grande maison, ne dit-on pas à son propos: "Il a bien réussi. Il a acheté une grande maison"?  Mais est-il vraiment plus heureux que les autres?  Son mode de vie correspond-il à ses aspirations profondes?  A-t-il le temps de rêver, de paresser et de vivre à sa guise alors qu'il a un crédit de plusieurs dizaines d'années et, en conséquence, les poings liées à un travail, une famille, des horaires et autres responsabilités? 

ect...

*

Mon avis

Malgré l'intro qui semble un peu moralisateur et on sent bien que Dominique Loreau prend  parti pour de petits espaces, j'ai quand même aimé disons le trois quart du livre.  J'ai trouvé que c'était un livre reposant à lire.

D'abord, chaque début de chapitre cite un  auteur qui a aimé le peu et la nature.  Ces auteurs qui ont précédé Dominique Loreau, apportent un support à l'idée de vivre dans un endroit plus petit.

Notamment, 'Notes de ma cabane de moine' de Kamo No Chômei

 

untitled

 

'Contes de la chambre de thé' de Sophie de Meyrac

 

Contes-de-la-chambre-de-the

 

'Notes de Chevet' Sei Shônagon

 

41dgbXXTRbL

 

et bien d'autres...

Ces extraits sont doux à lire et amènent parfois à pousser nos propres réflexions plus loin, ou à faire de petites remises en question. 

Quand j'ai commencé la lecture de ce livre, (que j'ai emprunté à la bibliothèque) j'étais certaine de me retrouver dans cette redondance éprouvée dans ses derniers ouvrages.   Je fus agréablement surprise du résultat.  Je crois que c'est le deuxième après 'L'art des listes' que j'ai lu d'un couvercle à l'autre et souvent j'avais hâte de m'y retrouver.

Je trouve qu'elle propose quand même un équilibre entre le trop et le pas assez. Aussi, comment harmoniser tout cela.

Par contre, mes bémols ou questions... se situent au niveau de ce qu'elle entend par petit.. C'est très relatif!!! Et je trouve que comme dans tous ses livres, j'ai toujours le sentiments qu'elle s'adresse aux personnes qui vivent seule.

J'ai eu du mal à imaginer une famille avec 3 enfants vivrent dans ce qu'elle propose. 

Mais en gros, j'ai bien aimé.  Je trouve personnellement que c'est son meilleur livre et qu'il se distingue des autres.

C'est comme si après cette lecture, même si on garde nos habitats, on a envie d'être plus sélectif dans notre consommation et on a envie aussi d'agrandir la maison par en dedans. :)

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

08 janvier 2017

Hôzuki

cvt_Hozuki_6003

RT1CAB1DNYDCAO93O72CAHOEMFVCAQ7LRR0CAMGZ3XZCABDKIDUCAC0Y8NWCAPKSLL3CANNEYWJCAZDWX9GCA2Z0QZWCA3D6QGWCAM801JFCAM5GQ1CCAPLOLP5CA7BWVGJCA8BU6S0CAZ7MTJ2

Aki Shimazaki

Leméac/Actes Sud

2015

142 pages

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Le point de vue des Éditeurs

''Aki Shimazaki sonde ici la nature de l'amour maternel.  Toute en finesse, elle en interroge la fibre et la force des liens.''

*

Quatrième de couverture

''Mitsuko tient une librairie d'occasion spécialisée en ouvrages philosophiques.  Elle y coule des jours sereins avec sa mère et Tarô, son fils sourd et muet.

Chaque vendredi soir, pourtant, elle redevient entraîneuse dans un bar haut de gamme.  Ce travail lui permet d'assurer son indépendance financière, et elle apprécie ses discussions avec les intellectuels qui fréquentent l'établissement.

Un jour, une femme distinguée passe à la boutique accompagnée de sa fillette, et les enfants de chacune sont immédiatement attirés l'un par l'autre.  Sur l'insistance de la dame et pour faire plaisir à Tarô, bien qu'elle évite habituellement de nouer des amitiés, Mitsuko acceptera de les revoir.  Cette rencontre pourrait toutefois mettre en péril l'équilibre de sa famille.''

*

Mon avis?... J'ai adoré cette petite plaquette. À lire tout doucement.  D'ailleurs le rytme d'écriture de l'auteure nous inscite malgré nous à prendre son temps. On vit avec les personnages.  On se sent accueilli dans cette librairie, on observe... on se demande quelle conséquence aura telle rencontre, tel fait.. Et il y a la fin et sa chute. 

Un roman fragile et très humain.  Je ne peux dévoiler quoi que ce soit. Ce serait trop risqué de briser quelque chose!

Par contre je peux vous copier le premier paragraphe:

'Dans la vitrine, je dispose des livres d'occasion que je viens d'acheter.  Il est environ quatre heures de l'après-midi.  Une neige floconneuse commence à tomber.' 

Lisez-le!

Une belle découverte pour moi que cette auteure.

e4c1f6ff3bdf0b2821c88b07abf65f8b

Née au Japon, Aki Shimazaki vit à Montréal depuis 1991.  Récompensée par le prix Ringuet pour Hamaguri (2000), puis par le prix Canada-Japon pour Wasurenagusa (2004), sa pentalogie Le Poids des secrets a culminé avec Hotaru en 2005, qui a été couronné par le prix littéraire du Gouverneur général du Canada. 

Au coeur du Yamato, son deuxième cycle, s'est conclu avec la parution de Yamabuki (2013), qui a valu à l'auteure le prix littéraire Asie de L'Association des écrivains de langue française (ADELF).  En 2014, elle a commencé une nouvelle série avec Azami. 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

   

Posté par Tante Fi à 00:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

01 janvier 2017

Meilleurs voeux pour la nouvelle année!

439bfeb54eaf2fd736614a7ea0786054

Mes meilleurs souhaits de santé, de paix et de sérénité!

k2701039

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

31 décembre 2016

Mon bilan coup de coeur 2016

feuille-de-gui

AVRIL 2016

index

Billet ici

*

MAI 

1843672-gf

Billet ici

*

JUIN 

Capture+d’écran+2016-03-15+à+11

Billet ici

*

JUILLET

 DSC_1515

Billet ici

*

AOÛT

513W391Q9BL

Billet ici

*

SEPTEMBRE

1507-1

Billet ici

*

OCTOBRE

la-couleur-du-lait

Billet ici

*

NOVEMBRE

9782258072664

Billet ici

*

DÉCEMBRE

2091994-gf

Billet ici

feuille-de-gui

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

30 décembre 2016

Le petit livre du Hygge

2090410-gf

Meik Wiking

Président de l'institut de recherche sur le bonheur de Copenhague

FIRST

2016

*

Quatrième de couverture

«Au classement mondial du bonheur, c'est le Danemark qui occupe la première place. 

Pourquoi les Danois sont-ils les gens les plus heureux du monde?

Pour Meik Wiking, la réponse, c'est le hygge.

Sans équivalent français, le terme (à prononcer «hou-ga») évoque l'idéal danois:  confort, convivialité, simplicité et bien-être.

Le hygge, c'est ce que vous érpouvez sous une couverture quand il neige dehors, c'est le bonheur que vous ressentez lorsque vous partagez un délicieux repas avec vos proches autour d'une table ornée de bougies ou la chaleur des premiers rayons de soleil sur votre visage un jour de ciel bleu.»

*

 En décembre, Geneviève (Alias Allie) est venue passer une journée dans mon petit village.  Elle qui aime tant l'hiver, m'a parlé de ce livre.  Sachant d'avance qu'il me plairait, j'ai couru à la librairie pour me l'offrir. 

Je n'ai pas regretté une minute d'avoir acheté ce livre.  Bon...il est classé dans "croissance personnelle", mais ne vous y laisser pas prendre.  C'est avec plaisir que je me suis retrouvée à  bord d'un 'voyage organisé' au Danemark, afin d'entrer chez les gens et de mieux connaître leur façon de prendre la vie 'par le bon bout'!

danish_hygge

Il ne contient pas de fais ceci, fais cela!

On y raconte plutôt la philosophie des Danois et de leurs valeurs. 

Noël est la période la plus 'hygge' (houg-ga) qu'on prononce un peu comme 'Heugg' en appuyant sur le 'h'.. 

Cliquez ICI pour entendre la prononciation du mot Hygge.

Ou pour la prononciation de l'alphabet danois sur Wikipédia. 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Prononciation_du_danois

Donc, je disais que Noël est la période la plus hygge de l'année.   Ça ressemble beaucoup à notre expression 'faire du cocooning'.

P1010986

*

10424431

*

Au fond, cela me rappelle un peu la vie des années '60.  C'est comme s'ils avaient gardé ou protégé cette façon de vivre qui leur convient parfaitement.

 

indendoershygge

 

*

 Je vous transcris la table des 14 chapitres qui donne vraiment une bonne idée du contenu et chaque thème est accompagnée d'un petit graphique qui démontre des pourcentage de quantité utilisée, supposons dans les bougies où sur le comment on vit à la maison etc...  De plus, le livre présente plusieurs photos. Ça se lit vraiment bien!

 

IMG_4147

 

1 - La lumière

2- Et si on parlait du hygge?

3- Être ensemble

4- Manger et boire

5- S'habiller

6- À la maison

7- Le hygge en dehors de la maison

8- Du hygge toute l'année

9- Le hyyge sans se ruiner

10- Visite guidée, hygge de Copenhague

11- Noël

12- Le hygge estival

13- Les 5 dimensions du Hygge

14- Le Hygge et le bonheur

98d3485084133f8316553cec27ef8438

***

Ce n'est pas d'hier qu'on cite le Danemark en exemple pour leur douance au bonheur.

boconcept-christmas-bike

Après que Geneviève m'ait parlé de ce livre, je me suis souvenue que j'avais gardé dans mon 'dossier bonheur' un vieil article de La Presse.  Je ne pensais pas que ça faisait si longtemps: octobre 2007. On y publiait un dossier sur le Danemark, qui titrait:

Le bonheur a-t-il une adresse?

HEUREUX COMME UN DANOIS

Il y a quelque chose de tout à fait réussi dans le royaume du Danemark.

Par Marie-Claude Lortie

102_2546

Je vous donne juste deux extraits du dossier qui résume assez bien ce que j'ai déjà de lu dans mon livre.

«Au Danemark, les deux tiers des gens disent qu'on peut faire confiance aux autres.  D'habitude, dans les autres pays, c'est 30% des gens qui répondent ainsi.  Au Danemark, les chiffres sont extrêmement élevés». 

On dit aussi que cette confiance inné est typique des Vickings.  «Les plus anciennes sagas parlent de comment les choses peuvent aller très mal quand on n'est pas digne de confiance.  Chez les Vickings, le concept de la parole donnée est crucial. 

Les Danois font ainsi confiance aux autres (les parents laissent même leur bébés seuls dans la rue dans leur landau), mais ils font aussi confiance à l'État et à leur dirigeants politiques.

Un sociologue (Peter Gundelach de l'Université de Copenhague) croit que cette relation harmonieuse est essentielle au sentiment de sécurité des Danois.  «Les gens paient beaucoup d'impôts mais la qualité des services qu'ils obtiennent en retour est grande.  L'État n'est pas un ennemi.  Les gens comprennent pourquoi ils paient des impôts, ce n'est pas considéré comme un problème au Danemark.  Personne n'envie les Britanniques.»

«Dans les quartiers 'riches' au nord de la métropole, on remarque à peine qu'on est dans une zone très cossue.  Les belles voitures et les grandes maisons sont derrière d'immenses haies anonymes.  Loin des regards de ceux qui ne pourraient s'offrir autant.

LE BONHEUR DANOIS VU PAR UNE CHERCHEUSE EN ÉCONOMIE, UNE SOCIOLOGUE ET LE RÉDACTEUR EN CHEF D'UN QUOTIDIEN.

Selon Luisa Corrado (Chercheuse en économie)

1.  «La société danoise et sa culture du travail facilitent le maintien d'un bon équilibre entre la vie professionnelle et la vie de famille.  Souvent on pense que les pays où les semaines de travail sont plus longues sont plus productifs mais c'est faux.  On peut très bien être longtemps au bureau sans être efficace.»

«Les Danois ont des milieux de travail flexibles où les gens ont le contrôle sur l'organisation de leurs journées.  Comme les Néerlandais, leur liberté est nettement au-dessus de la moyenne européenne.»

«Ce qui joue aussi en faveur du Danemark, c'est une certaine pudeur par rapport à la richesse qui évite aux autres de se comparer.  Si tu penses que tu n'es pas spécial et que tu as moins que les autres autour de toi, il est difficile d'être heureux.»

*

2.  Selon la sociologue (Eva Steensig), elle résume comme ceci: 

* Le filet de sécurité sociale est solide dans les pays nordiques.

* La société est relativement homogène et égalitaire.

* C'est dans notre culture d'apprécier les petites choses de la vie.

* Les Danois sont satisfaits de ce qu'ils sont.  C'est parfois associé à un manque d'ambition, mais c'est plus facile      d'être heureux quand tu n'es pas en train de t'inquiéter de la prochaine chose qu'il te faut avoir ou être.

* À cause de leur pragmatisme.

* Parce qu'il valorisent la créativité.

* Dès qu'ils s'éloignent de leurs valeurs traditionnelles, il y a rapidement une tendance pour les ramener à la normale.

* Ils gardent les deux pieds sur terre.  Même leur propension au bonheur ne les impressionne pas!

*

Selon Toger Seidenfaden (Rédacteur en chef du quotidien Politiken)

«Les Danois se proclament heureux, mais peut-être est-ce simplement un était d'esprit, une norme sociale que de se dire heureux...»

«Le système sociale égalitaire y est sûrement pour quelque chose». 

«Les Danois ont ainsi un autre type d'équilibre entre vie professionnelle et vie privée dont les hommes profitent aussi».  L'égalité oblige les hommes à participer à la vie de famille et leur bonheur en profite.  «Tout le monde gagne à ce meilleur équilibre».

«J'ai aussi une autre explication». dit-il en riant.  «Saviez-vous que nous sommes les plus grands consommateurs de bonbons au monde?»  Ils en mangent presque 8 kilos par personne par année!!!»

03e41afd806e3f669192ab2b22db63a1

Source

 Mon seul bémol est que ce mode 'Hygge' deviennent un mode commercialisé.  Ce serait dommage, car pour moi le hygge est comme on dit, un état d'esprit.  Ça s'exprime mais ne se vend pas!  Ce serait comme réinventer la roue.

 

feuille-de-gui

 

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

28 décembre 2016

Des petites choses...

 k2701039

28 décembre... Encore une autre année qui s'achève!  Comme le temps passe trop vite.

J'avais envie de vous parler de quelques découvertes coups de coeur.

Il s'âgit d'abord des lumières de fées.

Je n'ai pu m'en procurer que la veille de Noël, par contre on peut les utiliser tout l'hiver pour une petite touche de lumière ou dans les jardins, les soirs d'été.

102_2540

*

HTB1HWnlIVXXXXaIXFXXq6xXFXXXG

Voici le principe.

Les lumières sont vraiment minuscules.  On peut aussi les utiliser pour décorer la table de Noël ou dans les centres de tables fait d'éléments naturels.. C'est vraiment joli et délicat.  Elles fonctionnent avec des piles 3A et durent longtemps. 

*

Si on reste dans l'esprit des fêtes, la boîte aux lettres, à chaque année, m'apporte des petits mots et parfois de belles surprises. Mon frigo en témoignent et j'aime regarder encore et encore les cartes de Noël!

 

102_2541

*

Côté lecture, mon coup de coeur va pour un livre qui parle du bonheur chez les danois.

Je viendrai vous en reparler. 

 

2090410-gf

 

et le tome 3 de la série de Patrick Taylor

Un Noël irlandais

 

9782897675363

 

Je n'ai pas encore préparé mon bilan annuel de mes lectures favorites,

mais je sais d'avance qu'il y en a moins cette année.

*

Un autre livre sur ma liste à lire

 

2005837-gf

k2701039

Posté par Tante Fi à 10:07 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

23 décembre 2016

«Le temps des plaisirs»

fbfdb8dd50bbd8ab56c43df60d5039eb

«Le temps des plaisirs»

par

Dominique Bertrand

«Il y a comme une paix émanant de partout, jusque des murs enguirlandés, jusqu'au fumet des viandes cuites à petit feu, une paix toute simple, glissée dans les froufrous un peu passés de ma chemise de nuit écossaise et au fond de mes chaussettes de garçon. C'est un calme sorti d'on ne sait où, qui flâne ici et là, du bord des fenêtres au manteau de la cheminée, et qui croustille, mine de rien, sur la pâte dorée des tourtières du Lac Saint-Jean.

 Rien au monde ne saurait mieux se prêter aux grands plaisirs de la vie que ne le fait le temps des Fêtes. Aucune autre période de l'année ne réussit à tirer de moi tous ces trésors d'imagination: je décore en maître, je cuisine en championne et, ma foi, j'aime comme une déesse. Les caresse naissent comme par enchantement, la vie semble plus douce et le froid, dehors, plus amical.

 On croirait le temps suspendu, l'espace d'une semaine, comme accroché à l'arbre odoriférant ou à la couronne de pin. On dirait des êtres autour des aimés dans des reflets de papier qui brille comme une aurore boréale et des exhalaisons de bouquet garni. Pour peu, on dirait l'amorce de la félicité perpétuelle sur fond biblique d'amour universel.

 Et le reste, tout le reste qui n'est pas la voix de Jesse Norman chantant Noël, le tintement des glaçon dans des verres du dimanche ou un petit goût de gâteau aux dattes persistant sur la langue, tout le reste qui n'est pas le pyjama de Noël de ma fille, les draps de flanelle vert forêt ou la cuisinière Fisher Price enveloppée en cachette, tout le reste, quoi, peut bien attendre.

 Il y a bien trop à faire d'ici le retour au travail, comme écouter le vent, tard, dans la nuit, s'engouffrer sous la corniche; comme s'émerveiller devant le sapin illuminé en sirotant un chocolat chaud ou s'embrasser amoureusement sous le gui avant de revoir, pour la vingtième année consécutive, Holiday Inn avec Bing Crosby. Il y a bien trop à faire. Comme vivre, tout simplement, le coeur tout en rouge et or.»

 *

Il était une fois, le billet d'une époque où elle était rédactrice en chef d'un magazine de mode québécois «Clin d'oeil».  Un billet que j'ai toujours conservé et que j'aime encore relire au temps de Noël.  J'avais envie de le partager! :)

 image bertrand

 

k2701039

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

21 décembre 2016

C'est l'hiver! la chanson...

k2701039 

C'est l'hiver, c'est l'hiver, c'est l'hiver!
Air: Let It Snow

***

Nous filons sur la neige blanche
En ce beau jour de dimanche
À travers les sapins verts
C'est l'hiver, c'est l'hiver, c'est l'hiver!

701f990a906263f79fe1c4cfee559754

Les enfants de notre village
Chantent la joie de leur âge
Et les grands murmurent cet air
C'est l'hiver, c'est l'hiver, c'est l'hiver!

381275c57904ac5b2882a4678650feb7

Le Bon Dieu dans son paradis
Doit aussi chanter avec nous
Car la nature est si jolie
Le bleu de son ciel si doux.

1b2b2bea0ebcca2bf50892c7115dd39b

Oh! filons sur la neige blanche
En ce beau jour de dimanche
À travers les sapins verts
C'est l'hiver, c'est l'hiver, c'est l'hiver!

k2701039

 Pour attraper la symphonie pour la journée... à écouter ici! sur Youtube par Dean Martin!

À chanter haut et fort!!! :D

ac74eb49352c55f8497aa70ca7237cb8

Ça met de bonne humeur!

***

J'ai essayé de trouver qui a écrit ces paroles de chanson. 

Il y a tellement, tellement de chanteurs, chanteuses qui l'ont interpretée, je n'ai jamais pu trouver.

Ici, au Québec, cette chanson paraîssait sur l'album de Noël de Fernand Gignac.

 

bf103db40eb352b4e660c2f642bda596

Le seul album 33 tours de Noël que nous écoutions en boucle sur notre petit tourne-disque tout vintage!

J'ai racheté cet album en CD il y a quelques années.

Fernand Gignac - 14 Succès De Noël-Avant

*

Il y a quelques années, Marie Michele Desrosiers l'a reprise aussi sur cet album de Noël.

ACH000130862

k2701039

Bon hiver!

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

17 décembre 2016

Et le ciel sera bleu

2091994-gf

RT1CAB1DNYDCAO93O72CAHOEMFVCAQ7LRR0CAMGZ3XZCABDKIDUCAC0Y8NWCAPKSLL3CANNEYWJCAZDWX9GCA2Z0QZWCA3D6QGWCAM801JFCAM5GQ1CCAPLOLP5CA7BWVGJCA8BU6S0CAZ7MTJ2

Tamara McKinley

Éditions Archipel

2015

381 pages

*

Quatrième de couverture

«Angleterre 1939.  Sally Turner, 16 ans, s'occupe seule de son frère Ernie, 6 ans, atteint de polio.  Leur mère, l'inconséquente Florrie, les a abandonnés dès que la guerre a éclaté, tandis que leur père a été appelé sous les drapeaux.

Les deux enfants trouvent refuge à Cliffehaven, une bougade de la côte sud de l'Angleterre.  Là, ils sont accueillis par Peggy Reilly, la propriétaire de la pension du Bord de Mer.

Sally trouve, auprès de la famille Reilly, un foyer d'adoption qui lui permettra de s'épanouir, et un emploi dans une usine de confection d'uniformes, où ses talents de couturière se révèleront.  La jeune fille fait en outre la rencontre de John Hicks, un séduisant pompier.  Mais l'arrivée de Florrie à Cliffehaven menace de chambouler ce fragile équilibre...

***

J'ai vraiment apprécié me retrouver dans cette atmosphère chaleureuse de cette pension du Bord de Mer que tient l'attachante Peggy.  Un roman qui se passe au temps de la guerre, mais ce n'est pas un roman dur comme on peut en lire.   Certe, la vie n'est pas facile.  Surtout durant les moments où les avions ennemis passent au dessus du quartier.  Les habitants de la pension doivent alors suivre leur routine et aller se cacher dans l'abri sous-terrain en attendant que le sifflement des bombes cessent et que l'alerte sonne pour indiquer que le danger est passé. 

Durant la guerre, la vie des gens prenait toute sorte de direction.  Certains étaient relativement à l'abri, pendant que d'autres devaient aller au combat.  Ici, c'est dans une maison familial où chacun tente de s'entraider du mieux qu'on le peut.  Des joies, des peines, des peurs, de l'entraide, de la solidarité, de l'attachement, de l'amour.. Tous ces sentiments tissent la trame de l'histoire.   Un quotidien où on se sent chez soi.  J'attends la suite avec impatience.  Le livre nous laisse sur l'arrivée de trois infirmières qui viendront rejoindre la pension.

À lire si vous aimez ce genre.

k2701039

Extrait de Noël au chapitre 9

«Veille de Noël.  La maison fleurait bon les mets de fête.  <...> Lorsqu'elle rejoignit la salle de séjour, les bras chargés de petits sandwichs, elle jugea la pièce plus belle qu'elle ne l'avait jamais vue.

On avait tiré les lourds rideaux, et contre la baie vitrée trônait un sapin, chargé de bibelots et de guirlandes, dont l'odeur de bois frais coupé se mêlait à celle des branches de pommier qui brûlaient dans l'âtre.  D'autres guirlandes pendaient des cadres, tandis que de longs chapelets de décorations en papier coloré ornaient le plafond - depuis trois jours, les garçons s'échinaient sur ces petits ouvrages.

Sur le manteau de la cheminée se trouvaient du houx, des bougies et du lierre, ainsi que trois chaussettes en feutre rouge, que Peggy avait décorées d'un ruban portant le nom de chacun des enfants. On avait remisé la machine à coudre dans un coin de la pièce, afin de laisser place à deux gros fauteuils supplémentaire; à la chaise roulante d'Ernie, on avait attaché des ballons et des guirlandes argentées.

Les six petites tables, à présent rassemblées, se couvraient d'une nappe d'un blanc immaculé aux bords embellis de dentelle.  Au centre, dans un saladier, la maîtresse de maison avait mêlé avec art des bouquets de lierre, de gui et de houx.  Peggy avait en outre sorti sa porcelaine la plus fine, et sur chaque assiette elle avait disposé une serviette en papier ornée d'une branche de houx.

Sally n'en croyait pas ses yeux.  Elle s'apprêtait à vivre enfin un vrai Noël, au sein d'une vraie famille.  Comme ces merveilles se trouvaient loin des fêtes lugubres dont elle et son frère avaient dû se contenter chaque fois que leur père était absent en décembre.»

k2701039

Autre billet chez MyaRosa

La suite...

2091887-gf

Posté par Tante Fi à 18:49 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

12 décembre 2016

La neige

e840419fc3658cd518579fc156823b05

Comme la neige d'aujourd'hui

Elle a commencé dans la nuit

en continue

sans faire de bruit!

k2701039

 

 

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :