La maison de Milly

27 juillet 2016

Les champions du Samara

1862916-gf

Écrit par Didier Dufresne

Illustré par Caroline Piochon

Éditions AUZOU

Mars 2016

57 pages

Quatrième de couverture

À l'école de Samara, Ostap est fort en maths, tout le monde le sait, mais le garçon a d'autres idées en tête.  

À l'approche d'un concours national, il doit travailler encore et encore... Sa professeur compte sur lui et son amie Nina pour obtenir le meilleur score.  En compétition avec des élèves de toute la Russie, qui fera la fierté de Samara?

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Mon commentaire

J'ai vraiment beaucoup aimé ce petit roman jeunesse.  D'abord parce que ce dernier numéro de cette belle collection se passe en Russie. 

Aussi, l'auteur fait voyager ses lecteurs par le biais d'une histoire joliment raconté et illustrée.  Ce qui ajoute du bonheur pour les enfants de niveau débutant, qui commencent à lire tout seul. 

  Ce qui m'a ravie dans cette lecture, c'est surtout le récit de la vie des élèves de Samara. Une grande ville de Russie.  C'est agréable de voir comment ça se passe, dans un contexte scolaire d'un autre pays.

Cette fois, c'est un concours national qui amène Ostap et Nina à représenter Samara au Gymnasium no.1.  

  Une histoire qui donne envie de faire des recherche sur Internet pour voir les vrais endroits où se passent l'intrigue.

RV1G_building

Le Gymnasium No 1.

et une carte pour situer Samara

carte_Samara_Russie

J'ai trouvé intéressant les mots russes glissés parcimonieusement ici et là.  Par exemple dans le chapitre 1, ça commence comme ceci:  Samara, 6 heures 30 du matin.  Dans la salle à manger du DATCHA, leur petite maison de banlieue, Andrej et Olga ont déjà pris le petit déjeuner. ... page 5

à la page 7, on retrouve le mot DATCHA, mais on ne parle plus de petite maison de banlieue.

Au second chapitre, on apprend un autre mot:  PIROJKIS (petits pains fourrés à la viande)

Au troisième chapitre, Mme Groznaya arrive enfin. C'est le professeur des enfants. 

- DAVAÏ! DAVAÏ! Vite! Vite! Je suis en retard! s'écrie-t-elle tout essoufflée. 

Nina et Ostap, collés au hublot, admirent les méandres argentés de la Volga, le fleuve qui serpente dans la plaine.

L'auteur note d'autre noms de rue, d'endroits qui font partie de la ville.

Ce pourrait même être intéressant pour un parent qui a fait un voyage dans cette région d'accompagner son enfant lors de la lecture de ce roman.  Mais cette fois, l'enfant lit, et le parent revoit en image les lieux qu'il a pu visiter.

Les illustrations sont colorées, vivantes et assez généreuses.

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

3ec03f5

Caroline Piochon

903574

Didier Dufresne

Un petit mot de l'auteur

Voici ce qu'il nous raconte à propos de ce roman jeunesse.

«Un jour, j'ai été invité en Russie par une école:  Le Gymnasium No1.

Lorsque je suis arrivé à Samara, c'est chez Olga et Andrej que j'ai habité.  Grâce à Natalia, professeur de français, j'ai rencontré des centaines d'élèves, visité des tas d'endroits...  J'ai même fait une croisière sur la Volga!

Alors, tous les personnages de cette histoire, c'est un peu comme si je les connaissais... La seule qui n'existe pas, c'est Mme Groznaya!»

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Voici les autres titres de la collection dans l'ordre:

1431563-gf

Marianne et Félix vont à l'école Saint Arsène à Montréal-Québec. Apparemment, leur amitié suscite des jalousies car Félix se retrouve sévèrement puni pour quelque chose qu'il n'a pas fait, avoir rendu une copie blanche à un devoir. Marianne décide d'aider son ami en retrouvant le coupable.

 

 

 

 

1431566-gf

Dao est intriguée par le nouvel élève, Thanh, un petit garçon solitaire qui semble cacher un secret. Curieuse, elle le suit après l'école et découvre qu'il construit seul un bateau.

 

 

 

 

 

1550718-gf

Mary et John sont les témoins de phénomènes pour le moins étranges. Ils pensent qu'un fantôme hante leur école. Ils ont beau en parler, les adultes, occupés par la préparation de la fête, ne réagissent pas.

 

 

 

 

1711761-gf

Cette année la Coupe du monde de rugby se déroule en Nouvelle-Zélande et toute l'école de Rotorua en parle. Pour impressionner Awatea, Dan décide d'intégrer l'équipe de l'école. Comme il n'est pas très doué, son ami Little Dwayne devient son entraîneur.

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


20 juillet 2016

Annette

Annette

Gabriel Schemoul

Illustrations Grégory Elbaz

Éditions Pastel

2015

*

Résumé

Annette se réveille et aide son père à préparer son départ pour la pêche. Mais un épais brouillard ensevelit l'île et ses alentours. Elle observe la barque s'éloigner de la berge puis rentre dans la maison vide, attendre son retour...

***

Mon commentaire

Il y avait longtemps que je n'avais pas présenté d'album.  Aujoud'hui, mon attention fût attirée par celui-ci tout en noir et blanc. 

J'ai aimé autant le texte que les illustrations.

Par contre, j'étais un peu déstabilisée par l'histoire.  Si je me mets dans la peau d'un petit lecteur qui ouvrira cet album, je ne sais que penser..   C'est comme raconter, la peur de se retrouver seule, que plus le coucou sonne, l'enfant commence à s'inquiéter, elle se demande si son papa va revenir.  Bien sûr qu'il reviendra.  Disons que c'est le genre de situation qu'un enfant ne veut juste pas vivre.  De se le faire raconter comme quelque chose qui peut arriver?  Une histoire d'inquétude plausible?

Car aussitôt que le papa s'éloigne de la barque, on voit la petite, rentrer à la maison et elle est seule.  Du coup, c'est classé de 2 à 7 ans. 

Où je n'ai pas bien saisi.  Peut-être que le papa est resté juste autour et que l'enfant ne le voyant plus à cause du brouillard, a cru qu'il était parti loin.

th-24_MYSCAN_20140512_0016

 

Toutefois, j'insiste sur la beauté des illustrations et de l'écriture: 

«Lentement, la barque s'éloigne de la berge et Annette la suit du regard.  L'embarcation disparait comme un sucre dans une tasse de lait.»

ou

«Elle sort de la maison.  La brume a rampé jusqu'à sa porte et s'étend désormais sur toute l'île.»

«Annette descent sur la plage avec inquiétude.  La brume a bu les alentours, l'air a le goût du coton.»

SCAN-72DPI_1250

Alors mon seul bémol est le fait que la petite fille doit rester seule à la maison pendant que son papa est parti en barque dans le brouillard. ???

Une autre opinion ici

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Posté par Tante Fi à 20:37 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

18 juillet 2016

Chatonne et félicité...

 UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

DSC_1596

DSC_1591

DSC_1564

Présentation officielle!

Marion avait raison

c'est bel et bien une chatonne.

Depuis, elle s'appelle Brioche!

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Ceci fait, je voulais vous parler de félicité.

Un contentement qui nous vient de l'intérieur.  Tout est prétexte à se sentir bien.  Hier soir, en sortant pour aller arroser mes géraniums,  le ciel s'était couvert.  Une odeur de pluie et de gazon fraîchement coupé flottait dans l'air. 

Ou bien, une envie soudaine de barbe-à-papa

que je me promets durant l'été.

 
location-machine-barbe-a-papa

Est-ce que ça fait longtemps que vous avez manger une barbe-à-papa?

Envie de colorier les petites sorcières qui seront adressées aux enfants qui écriront en octobre à La Maison des enfants?

 

DSC_1604

 

 

En fait, j'ai appris le vrai sens de ce mot (j'ai longtemps cru que c'était un simple prénom) par le biais d'une nouvelle de Katherine Mainsfield.

DSC_1603

 

Félicité

Voici l'extrait:

« Malgré ses trente ans, Bertha Young avait encore des moments comme celui-ci, où elle avait envie de courir au lieu de marcher, d'esquisser des pas de danse de haut en bas du trottoir, de pousser un cerceau, de lancer quelque chose en l'air et de le rattraper, ou de rester immobile et de rire...de rien, tout simplement.»

   *

Eh bien?  Vous pensez à une liste de petits bonheurs?  Ce n'est pas faux.  Pourtant, ce sont des choses qui reviennent souvent dans ma vie de tous les jours.  La différence, c'est qu'hier, je les savourais plus que de coutume.  Une chose à la fois.  Je ressentais comme des papillons au dedans de moi.  Si ce n'est pas LA FÉLICITÉ, je me demande bien ce que c'est! :)  

À propos, je vous souhaite à tous et à toutes cet état d'âme, aujourd'hui ou demain ou la semaine prochaine ou au cours du mois prochain?... 

Un peu beaucoup de cette félicité!

 

***

Je poursuis avec ma lecture du moment

5189JKjsN1L

J'ai commencé un roman de Sarah McCoy - Un goût de cannelle et d'espoirJ'aime bien l'écriture de l'auteur.  J'ai déjà noter une jolie phrase: 

«Elle avala une gorgée de jus d'orange pour enrober sa voix de soleil et de douceur avant que le bip (du répondeur) ne retentisse.»

N'est-ce pas bien dit?

*

Samedi matin, trouvé par hasard en librairie un autre roman qui se passe dans un pensionnat pour jeunes filles. 

 

1600002-f

Résumé
«Dans les années 1930, en Caroline du Sud, Théa, en réponse à son rôle mystérieux joué dans la tragédie familiale, est envoyée par sa famille dans un internat pour jeunes filles de la haute société sudiste. Là, elle fait l'expérience de la vie en huis clos et d'une éducation aux règles strictes. Elle va aussi s'y révéler, découvrir l'équitation et l'amitié. Premier roman.»

Mais avant, je lirai 'Pique-nique à Hanging Rock'

 

51wRtxtJj8L

Je vais enfin en connaître la fin!!!

 

 

 

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

ce688bf3acdc2bde75b1daaa74f6dfba

Et pourquoi pas terminer ce billet sur une note parfumée, vu que je vous ai parlé d'odeurs de pluie et de pelouse fraîchement coupée?

Nantucket Brian de Crabtree & Evelyn demeure pour moi un parfum qui me rappelle Noël.

J'utilise leur crème de corps.  Un mélange de Bergamote et de roses sauvages. 

Je ne m'en lasse pas!

***

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

14 juillet 2016

Un hiver long et rude

un-hiver-long-et-rude

Mary Lawson

Les éditions Belfond

Littérature canada anglais

2014

413 pages

***

Quatrième de couverture

«Des hivers rudes et immaculés du Canada au Londres frémissant des sixties, la destinée de trois membres d'une famille malmenée par les drames. 

Rien ne va plus chez les Cartwright.  Alors qu'Emily s'apprête à donner naissance à son huitième enfant, qu'Edward, le père, cherche dans son bureau un échappatoire au chaos ambiant, que Tom, le fils aîné, s'enferme dans la dépression, Megan, fille unique de la fratrie et mère de substitution de chacun, décide de voler de ses propres ailes.  À vignt et un an, l'heure est venue pour la jeune fille de se libérer des siens.  Adieu le Grand Nord canadien, bonjour le swinging London!

Pendant que Megan se cherche dans la Vieille Europe, les Cartwright, eux, tentent de survivre.  Qui pour s'occuper du foyer, désormais?  Pour remplir le frigo? Pour protéger Adam, quatre ans, et ses frères de la folie douce d'Emily, uniquement absorbée par son nourrisson et négligeant tout le reste?

Qui pour arracher Edward aux ruminations d'un passé qui le hante?

Accablé par la culpabilité depuis le décès de son meilleur ami, Tom, brillant étudiant, renonce chaque jour un peu plus à ses rêves...Et si le moment était venu pour lui d'assumer son rôle d'aîné?

Le silence qui étouffe les Cartwright peut-il être conjuré? Et si le plus difficile, parfois, était l'espoir?

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Mon commentaire

Mary Lawson possède visiblement cet art de dénouer ce genre de fils emmêlés, au sein d'une famille disfonctionnelle.  C'est un roman à trois voix.  Le roman commence avec Megan. Février 1966.  Elle annonce son départ de la maison à ses parents. 

Janvier 1969 - Nous nous retrouvons dans le bureau d'Edward, le père qui rédige son journal intime.  Parfois, il lit des pages du journal intime de sa mère. Sinon, chaque hiver, il se choisit une des grandes villes du monde.  À travers ses livres qu'il emprunte à la bibliothèque, il en étudie l'histoire et en visite les lieux. Cette hiver, c'est la ville de Rome.

  Il passe tout son temps enfermé dans son bureau, quand il est à la maison. Il en sort soit pour crier après les garçons Peter et Corey, où pour aller voir comment va sa femme qui vient d'accoucher.  Il le directeur de la banque de Struan. Depuis que Megan est partie, il se nourrit dans un petit resto: le Harver's.

À noter que les chapitres consacrés à Edward et Tom se passe en Janvier 1969.  Soit trois ans après le départ de Megan.  Ce qui donne un point de vue intéressant, un 'pendant' qui démontre ce qui se passe chez les Cartwright pendant que Mégan est à Londres.

Du coup, on suit le nouveau mode de vie de Megan, qui ne semble pas facile au début, (1966), toutefois dont l'histoire rejoindra les années de sa famille.  Chronologiquement, ils se retrouveront. 

  Quant à la vie à Struan, on ne peut qu'observer les dégâts qui s'accumulent dans ce foyer, où personne ne prend ses responsabilités. Ce qui en résulte:  des placards vides de nourriture, on fait réchauffer le contenu de boîte de conserve dans des chaudrons sales etc..  Bref! c'est le bordel! 

Vient ensuite l'histoire de Tom.  C'est le fils aîné qui depuis le départ de Mégan, se cache derrière son journal le "Globe and Mail", comme on se cache derrière un paravent.  Il évite ainsi de voir la déchéance de la maison.  Sa mère qui est toujours au lit et semble souffrir de démence légère quand elle vient de mettre au monde un nouveau-né.  Elle ne sort pas de son lit et ne se sépare jamais de son bébé. 

Ainsi, Tom doit s'occuper de son petit frère Adam qui a quatre ans.  Adam est toujours silencieux et joue avec ses petites voitures,autour du fauteuil de Tom. Il est mal nourrit, il sent mauvais... personne à part Tom, s'occupe de temps à autre de ses besoins de base. 

*

Un bon roman, un peu lourd parfois, mais bien mené par l'auteure.  Nous avons le choix de lire l'histoire de chacun où de suivre les chapitres.  Je donne un 8/10 à ce roman tout enneigé qui se passe en partie dans nos hivers bien canadiens. 

1817701-gf

Sorti en poche

chez 10-18

Avril 2016

*

 hampson-lawson29lf1

Mary Lawson

Sa version originale

17620963

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

08 juillet 2016

Adorable chaton! Il est enfin arrivé à la maison!!!

 

100_2415

Une si petite chose,

qui occupe une grande place dans notre quotidien

depuis lundi.  Sur cette photo, il a encore besoin de se sentir à l'étroit. 

Il est dans une boîte à chaussures, entouré de mon châle.

Le voilà, notre minet! 

Depuis lundi, il a fait de grands progrès, comme monter et descendre les escaliers. C'est incroyable comme un chaton a une grande capacité d'adaptation.  Il mange bien, enterre ses petits besoins, mais enterre tout court.  Il fait seulement le geste, sauf qu'il le fait à environ 4 pouces (10 cm) de la chose... mais bon!!!  Un peu de patience, il est si petit! :)

Il a commencé à courrir aujourd'hui (et au galop). 

C'est fascinant.  Surtout que ça faisait une vingtaine d'années que je n'avais pas vécu avec un si petit chaton.

Une présence bienveillante dans la maison.

Nous ne savons pas encore si c'est un minet où une minette??? Nous le saurons mardi.  

C'est à suivre... Ce qui décidera de son nom.

DSC_1515

Il aime beaucoup regarder l'objectif.

 

chaton3

Jour 2, il se sent mieux dans les collines de laine, c'est moins menacant...

chaton2

Un profil! :)

Les chatons, sont aussi captivants qu'un écran quelconque.  Ce matin, il a dû passer environ 45 minutes à jouer avec moi.  Je me surprenais à sourire constamment de le voir faire ses bonds pour jouer avec mes doigts.  Aussi à cause de ses ronrons et ses excès d'excitation pour tout et rien..  Ça rend vraiment zen et ça nous réveille bien le matin.  Tous ceux et celles qui ont adoptés ces petits animaux de compagnie sauront de quoi je parle.

C'est un bon chaton!

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :


26 juin 2016

Au premier chant du merle

couv24803075

Linda Olsson

L'Archipel

2016

251 pages

*

Quatrième de couverture:  Déception sentimentale? Lassitude de vivre? Élizabeth Blom s'est retirée du monde.  Sitôt installée dans sa résidence de Stockholm, elle a débranché la sonnette et fermé sa porte à double tour.

Porte à laquelle Elias, son voisin, se décide un jour à frapper, pour lui remettre son courrier.  Lui aussi s'appelle Blom...  Cet incident sortira-t-il Élisabeth de sa pénombre?

Faudra-t-il attendre un drame - et l'intervention d'Otto, libraire à la retraite - pour faire entrer la lumière dans son appartement?

     Au seuil de l'été nordique, le chant du merle annonce les beaux jours.  C'est le thème, vibrant, de la partition nouée par Linda Olsson pour ces trois solitudes.  Éloge du permier pas...

   UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Mon commentaire:  Il y avait longtemps que j'attendais ce troisième roman de Linda Olsson.  "Éloge du premier pas"... c'est bien dit.  J'ajouterais éloge de l'apprivoisement.   Voilà en gros le fil conducteur de ce doux roman.  L'isolement de chacun de ces trois personnages à différents niveaux émotifs.  Heureusement qu'Otto est là pour sa sagesse, sa convivialité.. il sera le rassembleur à l'aide d'échanges de livres, de partage de repas frugales, bon vins, petites entrées.. pique-nique.. contemplation, dialogue, écoute.  Otto est vraiment selon moi, le centre du trio.  

Au début, on ressent une lourdeur dans l'appartement d'Élisabeth, tellement à plat dans tous les sens, mais on ne sait rien de son passé.  Par contre, on sent petit à petit que ses voisins sauront l'apprivoiser.  Elle est devenue comme un petit animal sauvage. 

Quant à Elias, il ne sait pas bien écrire.  Il préfère s'exprimer par le dessin, et le fait si bien, qu'il peut en vivre.  Il publie donc ses dessins et une amie écrit les textes pour lui, jusqu'à ce qu'elle ait un contrat ailleurs.  Cette fois elle ne pourra pas.

Otto, 68 ans, à la retraite et veuf a gardé l'appartement du même immeuble qu'Élisabeth et Elias.  Il reçoit tous les mardis Élias à souper.  Et ainsi continue cet éloge du premier pas et de l'apprivoisement.

Un autre bonheur du roman, est la suite de courts chapitres qui s'accrochent les uns aux autres.  Ce qui donnent un effet de tableaux de vie.  Par contre, le roman pèse plus lourd sur la psychologie des personnage que le côté visuel.  Même que vers la fin, quand il s'âgit de l'histoire d'Élisabeth, je ne suis pas certaine d'avoir tout compris.  Malgré tout, j'ai adoré l'atmosphère du roman de Linda Olsson. 

J'y ai retrouvé cette même détente à le lire que dans "Astrid et Véronica".  L'auteure présente un rythme de vie  que nous, (la plupart des lecteurs j'imagine) avons perdu. Ça fait du bien de se faire rappeler que rien n'est perdu! 

Aussi, je n'ai pu m'empêcher d'y lire une sorte 'd'Ensemble c'est tout' d'Anna Gavalda, mais vécu en Suède.  C'est l'amitié qui remporte.  C'est un peu une famille recomposée qui se créent.. et pourquoi pas! 

Si vous aimez les histoires d'amitié, vous aimerez sûrement 'Au premier chant du merle'.

Un billet à lire aussi chez Mya's Books

J'ai aussi appris ce qu'était la fête de 'Midsommar'.  La St-Jean en Suède.  J'ai trouvé un lien qui explique ce qu'il en est.  Il y a tout un chapitre sur cette fête dont Otto invitera Élisabeth...

MIDSOMMAR

midsommar_nyhet

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Posté par Tante Fi à 13:43 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

03 juin 2016

Rose à petits pois

 RT1CAB1DNYDCAO93O72CAHOEMFVCAQ7LRR0CAMGZ3XZCABDKIDUCAC0Y8NWCAPKSLL3CANNEYWJCAZDWX9GCA2Z0QZWCA3D6QGWCAM801JFCAM5GQ1CCAPLOLP5CA7BWVGJCA8BU6S0CAZ7MTJ2

Capture+d’écran+2016-03-15+à+11

Histoire écrite par Amélie Callot

Illustré par Geneviève Godbout

Les Éditions La Pastèque

2016

80 pages

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Quatrième de couverture

 

«Quand il fait beau, elle sourit, elle sifflote,

elle chante à tue-tête,

elle ouvre les fenêtres et laisse la porte ouverte.

Mais dès qu'il pleut, Adèle reste enfermée.

Elle n'y peut rien, elle perd son entrain.

La pluie, c'est gris, froid et sombre.

Vous aurez alors beau dire tout ce que vous voulez,

argumenter tant que vous pourrez,

ça n'est pas la peine de discuter,

Adèle ne mettra pas

une mèche de cheveux dehors...»                                               

 UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Mon commentaire

J'ai totalement craqué pour cet album.  D'abord pour la douceur de la couverture et du papier, un album généreux en pages et en illustrations et l'odeur... Une odeur d'encre et d'imprimerie comme ça faisait longtemps que j'en avais sentie.

Quand j'ai ouvert la deuxième de couverture, je me suis retrouvée dans un champ de pois blancs appliqués sur fond rose.  Comme un papier peint qui couvrirait les murs d'un intérieur pimpant et invitant. Pour une entrée dans un album tel que celui-ci, c'est tout à fait de bon goût! :)

Et J'AIME quand on accorde un soin  particulier à la présentation de l'ouverture et la fermeture d'un album.

Déjà, je me sentais à l'aise. Je me réjouissais d'avance de ce qui allait venir.  Au cours de ma brève lecture en librairie, c'est fou!,  j'avais la curieuse impression d'exister dans cet album, tellement j'y retrouvais des éléments qui me font vibrer.  Je me suis dit que c'était de bon augure.

Je l'ai donc acheté, sans regret ni culpabilité, et je me suis bien promis d'attendre qu'arrive le soir pour le lire cette fois, du début à la fin.

En tournant les pages, je me suis rendue jusque dans le petit café d'Adèle...

Je vous dévoile de petits extraits... et des images!

Rose-a-petits-pois-decoupageFINAL-02

«Adèle confectionne des bouquets avec les fleurs que l'épicier lui a rapportées du marché. 

Ce sont des bouquets ronds qu'elle dispose ensuite sur les tables de son café,

le seul commerce des environs: Le Tablier à pois.

Parce que les bouquets, c'est joli et ça sent bon.»

*

GG-18_grande

«Hormis les habitants du hameau,

la population est isolée, disséminée

dans les herbes folles.»

*

Capture+d’écran+2016-03-15+à+10

«Au milieu de toute cette vie, Adèle fait figue de soleil.

Elle est adorable, vive et pétillante.»

*

GG-19_grande

«Le problème avec Adèle, c'est qu'elle n'aime pas la pluie.

 

Quand il fait beau, elle sourit, elle sifflote, elle chante à tue-tête,

elle ouvre les fenêtres et laisse la porte ouverte.

 

Elle abandonne le café une heure pour s'offrir

un peu de liberté.

Pas trop longtemps mais quand même,

elle l'aime le soleil.!»

*

Voilà! j'en ai dévoilé!  Juste assez pour piquer, je l'espère, votre curiosité et vous insciter, vous aussi, à entrer dans le café d'Adèle. 

C'est la seule manière que vous découvrirez qui est cette Rose à petit pois!

Ça fait déjà deux fois que je lis cette histoire, tissée de petits riens arrachés au quotidien. Il n'y a aucune tension dans l'écriture de Amélie Callot.  Ces petites choses anodines sont racontées toutes naturellement.  C'est ce qui est admirable dans cet album, l'art de transformer l'ordinaire en extraordinaire.  Par la plume d'Amélie, chaque petits gestes est prétexte à emblellir sa vie.

  J'ai une fois de plus admiré les illustrations de Geneviève Godbout, dont j'ai parlé dernièrement dans l'album 'Mauvais poil'.  Des illustrations qui mettent en valeur le texte parfois prosaïque à travers quelques rimettes, qui raconte simplement la vie d'Adèle.  Les deux ensembles forment un superbe tandem.

Si j'avais pu, je serais entrer dans l'album pour rejoindre ces personnages et ces lieux dont j'ai cru reconnaître nos belles Iles-de-la-Madeleine.

Un album qui apporte joie et sérénité, à relire et à relire encore...

On ne précise pas d'âge, mais moi, je le classerais dans les 12 à 92 ans!

RT1CAB1DNYDCAO93O72CAHOEMFVCAQ7LRR0CAMGZ3XZCABDKIDUCAC0Y8NWCAPKSLL3CANNEYWJCAZDWX9GCA2Z0QZWCA3D6QGWCAM801JFCAM5GQ1CCAPLOLP5CA7BWVGJCA8BU6S0CAZ7MTJ2

Je le répète, un charmant tandem qu'Amélie Callot et Geneviève Godbout.

Vivement un prochain travail d'équipe!

Selon les informations de MyaRosa, cet album devrait paraitre en France en août 2016.

***

À propos de l'auteur

amelie3

Quel beau sourire Amélie!

«Amélie Callot a grandi dans les Alpes avant de s'installer dans le sud-ouest de la France.   Elle est sage-femme et écrit pour le plaisir.  C'est lors d'un voyage de plusieurs mois au Québec qu'elle a découvert son penchant pour l'écriture, à travers les récits publiés sur son blog de voyage.  Rose à petit pois est son premier livre.»

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

À propos de l'illustratrice

Geneviève

 

«Geneviève travaille en tant qu'illustratrice pour l'édition jeunesse et la mode à Montréal.  Elle a étudié en animation tradionnelle au Cégep du Vieux-Montréal avant de poursuivre sa formation à l'école des Gobelins à Paris.  Tombée sous le charme de la vieille Europe, elle a ensuite vécu à Londres pendant sept ans.  À La Pastèque, elle a publié 'Joseph Fipps' en 2013.

 

fipp

Histoire écrite par Nadine Robert

Illustré par Geneviève Godbout

La Pastèque

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

30 mai 2016

Le secret d'Aiglantine

510_lesecretdaiglantine

Nicole Provence

Les Éditions JCL

Avril 2016

351 pages

Illustration de la couverture: Maxim Bigras

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Quatrième de couverture

«Les monts du Lyonnais, France, 1869

Quand Amélie est retrouvée étranglée devant son métier à tisser, tout le monde est sous le choc.  Pour quelle raison a-t-on assassiné une femme qui ne quittait jamais sa maison ni son village? Le maréchal des logis-chef Émilien Gontrand est chargé de mener l'enquête.

Au fil de ses recherches, il est amené à interroger la fille de la victime, Aiglantine, jeune femme célibataire, séduisante et mystérieuse qui semble lui cacher certains détails de son passé.

Émilien, perspicace et persévérant, parvient à réunir les indices qui lui laissent entrevoir un scénario pour le moins surprenant.  Mais les soupçons qui prennent lentement naisance dans son esprit sont-ils le reflet de la réalité?  Est-il vraiment possible que... »

***

Mon commentaire:  Une belle surprise que ce roman.  Un roman 'morcelé' en genre littéraire: enquête, romance, famille, histoire, terroir... Bref, une histoire entrainante et captivante du début à la fin.  Plus on avance vers la fin, plus nous allons de surprises en découvertes.  

Il y a des pages d'histoire de la ville de Lyon qui alternent entre 1859 et 1869. Dès le début, on découvre  Amélie, morte sur son métier à tisser.  Ce meurtre est le point de départ qui amènera le lecteur à connaître Firmin, son mari, Aiglantine, la fille d'Amélie et une part de son passé. L'enquête sera menée par le maréchal des logis.  Nous ferons la connaissance de son épouse Césarine et tout l'univers des tisserandes de Lyon.  Et tellement d'autres circonstances et personnages viennent s'ajouter  au coeur du roman.

Je ne peux rien dévoiler, car le roman contient trop de détails qu'ils vaut mieux garder pour soi!...  Comme je ne suis pas vraiment roman d'enquête, c'est ce que j'ai aimé du roman de Nicole.  Il ne raconte pas que l'enquête.  Toutes sortes d'événements  viennent se greffer à l'enquête, mais, nous comme lecteur,  nous avançons dans le livre au même rythme que les personnages.  Nous apprenons des choses en même temps qu'eux.

J'ai bien apprécié cette façon d'écrire.  Tout fini bien sûr par prendre forme.  Pour ceux et celles qui aiment les histoires de famille sous enquête, je crois que vous aimerez aussi! :)  De plus, il y a tout un travail de recherche sur la fabrication du tissage du velour de l'époque.

Un roman où chacun y trouvera sa part de satisfaction et du coup qui ferait un excellent scénario de film! :) 

  UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

le-secret-d-aiglantine

Parait aussi en France

Un Coup de Coeur

aux Éditions France-Loisirs

En février 2017, il sera aussi disponible chez Calman-Lévy

D'autres informations sur la page facebook de l'auteure

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

26 mai 2016

Un Tag de Fondant!

image005

Source

J'ai été taguée par Fondant (Voir le lien). C'est avec plaisir que je suis prêtée à ce petit jeu!

Merci de m'avoir choisie. :) 

  ***

1.  Quel texte, croisé lors de tes études (collège, lycée ou fac), t'a profondément marqué(e) ?

      Le roman d'André Marjor 'Le Cabochon'. Un roman qui se passe à Montréal. Je n'ai jamais oublié cette lecture que j'ai d'ailleurs relu une dizaine d'années plus tard et je le relirais à nouveau.

gr_9782892953190

Résumé

Antoine est le fils aîné d’une famille ouvrière du Montréal des années 1960, que son père traite de «cabochon», autrement dit, de «tête de cochon». C’est un adolescent comme il y en a tant, qui réussit plus ou moins dans ses études, qui lit beaucoup, qui va au cinéma, qui sort avec les filles, qui travaille à temps partiel. Et qui cherche à s’affirmer. André Major suit Antoine pendant une année au cours de laquelle surviennent de petits drames qui le font douter de lui, qui bouleversent son existence, mais qui sont autant d’expériences à travers lesquelles il se construit. - See more at: http://info-culture.biz/2010/10/24/le-cabochon/#.V0JTlLST6t8

«Antoine est le fils aîné d’une famille ouvrière du Montréal des années 1960, que son père traite de «cabochon». C’est un adolescent comme il y en a tant, qui réussit plus ou moins dans ses études, qui lit beaucoup, qui va au cinéma, qui sort avec les filles, qui travaille à temps partiel. Et qui cherche à s’affirmer. André Major suit Antoine pendant une année au cours de laquelle surviennent de petits drames qui le font douter de lui, qui bouleversent son existence, mais qui sont autant d’expériences à travers lesquelles il se construit.»

***

 

2.  De quel(s) auteur(s) attends-tu les nouvelles publications avec impatience ?

      C'est certain que mes goûts changent au cours des années, mais présentement, l'auteur qui me vient en tête est Linda Olsson.  Depuis son premier roman, "Astrid et Veronica", je suis vraiment contente quand je vois un de ses romans traduits. Le troisième vient juste d'arriver ici en avril:  "Au premier chant du merle". 

      couv24803075

 ***

 3.  As-tu des rituels lorsque tu vas à la bibliothèque?  (toujours le même jour ? le même sac ? les rayonnages dans un ordre précis ?) 

 

Le même sac, oui.. le même jour, non.  Mes visites à la bibliothèque sont plutôt aléatoires. Je parlerais plutôt d'attitude que de rituels.

Aussitôt que je passe le seuil, mes pas ralentissent. C'est presqu'un réflexe.  Je ressens une paix intérieure. Si je n'ai pas de titre précis à emprunter, je me promène doucement entre les rayonnages. Je commence par les nouveautés. Autant du côté jeunesse que du côté adulte.  Ce que j'aime plus que tout, c'est me laisser surprendre par un livre qui n'est pas nécessairement récent. D'ailleurs, les bibliothèques ne servent-elles pas à garder ces éditions un peu fanées qui ne se vendent plus en librairie? On retrouve souvent les meilleurs dans la section 'Romans jeunesse'.

 

Aussi, pour ces raisons, je n'aime pas aller à la bibliothèque quand je manque de temps.

 

b98e057c3d8bc8f7ded537ffa94d84d2

source

 

 4.  Quel(s) mot(s) fais-tu rimer avec "littérature" ? Et avec "roman"?

 Lecture et moment...

 

f8e72bda7a4ef6dae56e4dd0bb10ba81

Source

 

5.  Cite deux héros de romans (différents) qui, pour toi, auraient formé un beau couple (dans un 3ème ouvrage, peut-être...).

 Pas facile cette question! C'est drôle, ta question me fait réaliser que je ne m'accroche pas vraiment à un héros mais à l'ensemble des personnages, son milieu de vie.... Alors, tu vois, je pourrais rassembler des familles, des situations où ils pourraient se venir en aide? plus facile pou moi que deux héros!!!

 Par exemple, je pourrais souhaiter une rencontre entre 'Les Penderwick' et la famille de 'Coeur Cerise'.

 979417-gf 1507-1

Où encore la rencontre de 'Une famille à secret' de Berlie Doherty et 'La toile de Charlotte' par E.B. White Je les imagines très bien se retrouver à la foire agricole.

81908912_o 001222798

 

Tiens!!! j'ai trouvé deux héros qui iraient bien ensemble.

April de "Un été au bord du fleuve" de Melvin Burgess avec Jeff du roman "Le héron bleu" de Cynthia Voigt.

 

 

un-ete-au-bord-du-fleuve-387392   2601943446_small_1

 

 UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Pour jouer le jeu jusqu'au bout, je dois poser à mon tour 5 questions.  Je m'adresse ici à ceux où celles qui voudront bien jouer.  Vous pouvez même répondre dans les commentaires si vous ne voulez pas le faire sur votre blog. 

C'est assez difficile de 'taguer' étant donné que Fondant et moi visitons à peu près les mêmes blogs.

 

1.  Préférez-vous la librairie à la bibliothèque? (Achats où emprunts) 

 

2.  Combien pensez-vous lire de livres en moyenne par année? 

 

3.  Êtes-vous capable de lire à l'extérieur durant la belle saison?

 

4.  Est-ce que vous préférez lire le roman et voir le film ensuite où vise versa?

 

5.  Quel littérature étrangère vous séduit le plus?

 

Bienvenue à tous pour répondre à ces questions!!!

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

 

Posté par Tante Fi à 17:13 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

22 mai 2016

Dans la cuisine de Milly: Pain aux zuchinnis

100_2400

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Pain aux zucchinis

Préparation:  50 minutes

Temps de cuisson:  45 minutes

Portions:  10 à 12 tranches

*

Ingrédients

6 c. à table (90 ml) de beurre mou

3/4 tasse (180 ml) de cassonade (On pourrait même ne mettre que 1/2 tasse de cassonade, c'est au goût.)

1 c. à table (15 ml) de zeste d'orange

2 oeufs

****************************************

1 1/2 tasse (375 ml) de farine

1 1/2 c. à thé (7 ml) de poudre à pâte

1 pincée de sel

1/2 c. à thé (2 ml) de cannelle moulue

******************************************

2 c. à table (30 ml) de jus d'orange

2 c. à table (30 ml) de lait

1/2 tasse de noix de Grenoble hachées (facultatif)

1 tasse de zucchinis rapés (1 bon zucchinis au complet)

 

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Préparation

*  Préchauffer le four à 350 degré F (180 C)

*

* Dans un grand bol, battre le beurre en crème avec la cassonade.  Ajouter le zeste d'orange et les oeufs, un à la fois, en battant entre chacun.

*  Dans un bol plus petit, tamiser la farine, la poudre à pâte, le sel et la cannelle. Incorporer au mélange précédent avec le reste des ingrédients: Zucchinis rapés  + noix si désirées.

*  Verser dans un moule à pain 9 1/4 x 5 1/4 po (23 x 13 cm) beurré.

Cuire au four 45 minutes où jusqu'à ce qu'un cure-dent en ressorte propre.

 

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Glaçage au fromage à la crème

*

(facultatif) Si vous le voulez le pain un p'tit peu plus gourmand.

3 onces 1/2 (100 g) de fromage à la crème mou

3/4 tasse (180 ml) de sucre à glacer, tamisé

2 c. à thé (10 ml) de jus d'orange

2 c. à thé (10 ml) de zeste d'orange râpé finement

*

Préparation

Battre le fromage à la crème, le sucre à glacer, le jus et le zeste d'orange jusqu'à ce que ce soit lisse.

Glacer le pain refroidi.

 

F93CA1RXDNZCAB2PN23CAMI0JSOCAECKR4GCATZCZXOCADA14JCCA9GE92DCA9TQMQFCA9FN3NYCACZWPUWCAZ2Q10FCAHGT17QCAG4IYSTCA936VU1CASECNTWCAQSFHZ7CA9HGYL0CAGU6PJR

Ce pain aux zucchinis est vraiment délicieux avec où sans glaçage.

On peut emballer les tranches individuellement, une fois le pain refroidi.

Il se congèle très bien.  Un bon dépanneur pour les lunchs.

Le zucchini rend le pain tout moelleux!

À essayer!

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

 

 

Cette recette est tirée du livret de la collection mini-livres Bon Appétit - Claudette et Marie-Josée Taillefer - "Gâteaux et Muffins".

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :

19 mai 2016

La maison aux lilas

JLI3459801

Carmen Belzile

 

RT1CAB1DNYDCAO93O72CAHOEMFVCAQ7LRR0CAMGZ3XZCABDKIDUCAC0Y8NWCAPKSLL3CANNEYWJCAZDWX9GCA2Z0QZWCA3D6QGWCAM801JFCAM5GQ1CCAPLOLP5CA7BWVGJCA8BU6S0CAZ7MTJ2

 

Les Éditions JCL

2012

329 pages

***

Quatrième de couverture

«Lucie n'éprouve aucun sentiment de tristesse devant le décès de sa mère.  Au contraire, à quarante-cinq ans, elle sent plutôt que sa vie va enfin commencer.

Mais tout n'est pas si simple.  Depuis la disparition de son père, survenue alors qu'elle était au seuil de l'adolescence, elle est enfermée entre quatre murs dépréciée par les remarques d'une femme qui n'a eu pour elle que mépris et qui s'est acharnée à contrecarrer son épanouissement. Elle ne connaît rien de la vie.  Mais vraiment rien.

Si la voie est maintenant libre, s'il lui est loisible de découvrir le monde et de faire ses expériences, si elle peut légitimement aspirer au bonheur, la peur n'en est pas moins omniprésente, envahissante et suffocante.

Heureusement, des amis véritables n'attendaient qu'un signe pour sortir de l'ombre.  Grâce à leur soutien, Lucie pourra non seulement prendre à main les rênnes de son existence, mais aussi découvrir et comprendre le douloureux passé de ses parents, qui ont toujours gardé bien enfoui en eux un lourd secret.

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Mon commentaire:  C'est avec regret que j'ai terminé la lecture de ce roman.  J'ai trouvé ma 'Rosamunde Pilcher' québécoise.  Décidément, encore une autre histoire captivante de cette auteure que je viens tout juste de découvrir avec son deuxième roman "Comme l'envol des oies" Billet ici.  Celui-ci étant son premier.  Je crois que je l'ai aimé davantage. 

Cette fois c'est l'histoire de Lucie (qu'on retrouve parfois dans l'envol des oies). Victime d'une mère castrante et 'folle de dieu', élevée elle-même par une mère obsédée par les bondieuseries.

Le roman débute durant les obsèques de cette femme mal aimante et méchante.  Au moment où elle se retrouve seule, à 45 ans,  Lucie, doit réapprendre à vivre avec elle-même, mais aussi avec toutes ces critiques et insultes injustes, constamment dirigées à son égard par sa mère.  Cette mère qui l'étouffait littéralement.  C'est comme retrouver sa liberté, mais après avoir eu les ailes coupées. 

«Maintenant toute seule, comment arriverait-elle à s'organiser? Personne ne lui dirait quoi faire.  Elle aurait dû être ravie de retrouver la paix, mais une peur sournoise la pousuivait.» Page 18.

Heureusement, Esther, la voisine d'en haut et son oncle Marcel (famille du côté de son père dont elle fera la connaissance, puisque sa mère les en avaient éloigné) lui seront d'une grande aide.  Elle fera la connaissance de sa Tante Alice. Un personnage que j'ai beaucoup aimé.

 

tumblr_n7fey8C7hJ1ry5naio1_250

 

   «Malgré ses quatre-vingt-neuf ans, Alice Hudon avait l'oeil pétillant et plein de malice, l'esprit alerte et curieux, la démarche lente mais assurée.  Elle s'occupait de l'entretien de son logis et effectuait elle-même ses courses; mais elle utilisait le service de livraison.  Elle faisait une marche quotidienne pour respirer l'air de son quartier. Elle était une personne très appréciés.»

   Quand Lucie lui rendit visite, accompagnée de son oncle Marcel, elle tomba sous le charme de cette tante, l'aînée de la famille de son père.»

   «Sans rompre le silence, Alice se leva pour déposer au four un plat à réchauffer et sortit du réfrigérateur des légumes pour préparer une salade.  Silencieusement, Lucie se leva à son tour et commença à nettoyer et à couper les légumes,  pendant que sa tante dressait la table.  L'eau qui coulait du robinet, la vaisselle qui s'entrechoquait, le clap! que faisait le couteau sur la planche à découper, tous ces bruits résonnèrent avec la cloche de l'angélus qui sonna six heures.

   Alice aimait entendre le son des cloches.  Elle était comblée d'habiter à proximité d'une église qui conservait cette tradition.  Même si l'on a des idées modernes, qu'on se montre ouvert aux changements, qu'on apprivoise toutes les nouveautés qui sont censées rendre la vie plus facile, de savoir que certains rites sont immuables aide à ne pas perdre pied dans le tourbillon de la vie.  Le tintement de la cloche, c'était l'occasion d'une pause, d'un moment, d'une méditation pour mieux poursuivre la journés.»  Page 97.

*

Comme vous pouvez le voir par ces extraits, Carmen Belzile, nous propose de belles rencontres, des personnages attachants et d'autres moins.  Un père pervers, une religieuse, une nounou, un oncle aimant, une mère méchante... mais heureusement de bonnes personnes viendront croiser sa route au bon moment.

Encore une fois, Carmen Belzile nous amène à travers le personnage de Lucie, des solutions accessibles pour des lecteurs qui pourraient se reconnaître dans ce personnage attachant.

Les moments simples et les petits bonheurs se glissent un peu partout, tout au long de ce parcours qui va de surprises en découvertes! 

Fascinant!  Je vous le recommande fortement pour un bon moment de lecture.

  Un roman au goût de miel!

Vous pouvez lire un extrait du premier chapitre ici

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

1843672-gf

Billet ici

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

15 mai 2016

Susanna Tamaro - Les livres unissent les hommes.

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

100_2408

«Un peu partout, on entonne désormais le de profondis pour les livres et la lecture; l'électronique et les formes de communication qui lui sont liées dévorent de plus en plus d'espaces, il semble presque impossible que dans dix où vingt ans quelqu'un accomplisse un geste ausi archaïque que d'ouvrir un livre. 

Je crois, quant à moi, que cela n'arrivera jamais, car les livres sont irremplaçables.  Les livres aident à comprendre à se comprendre, à créer un univers commun même entre des gens très éloignées.  Si moi, par exemple, j'ai lu Mobby Dick et si toi aussi tu l'as lu, nous avons mille et un sujets sur lesquels discuter:  les personnages, l'intrigue, les antipathies et les sympathies, les passages qui nous émeuvent et ceux qui nous ennuient.

Au fond, lire ne signifie rien d'autre que créer un petit jardin à l'intérieur de notre mémoire.  Chaque beau livre porte en lui un élément, un massif, une allée, un banc sur lequel on peut se reposer quand on est fatigué.  Année après année, lecture après lecture, le jardin se transforme en parc, et dans ce parc, il peut arriver de trouver quelqu'un d'autre.

 

Lire, c'est se fabriquer un petit trésor personnel de souvenirs et d'émotions, un trésor qui ne ressemblera à celui de personne et que, cependant, nous pourrons partager avec les autres.»  Page 26.

Un coeur en chemin  par

Susanna Tamaro

   ***

Ce texte est tiré d'un de mes livres de chevet favori. Je voulais lui redonner une couverture qui ressemble davantage à son contenu.

Des lettres qui parcourent les quatres saisons d'une année.

Des réflexions sur nombreux thèmes de la vie. 

 J'ai eu beaucoup de plaisir à jouer avec les papiers, les autocollants etc..  en utilisant les techniques du 'Collimage' (Scrapbooking). 

 

100_2409

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

100_2410

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Avant

 

282479-gf

Je l'aime encore plus.. et l'intérieur et l'extérieur!

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Posté par Tante Fi à 01:02 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

12 mai 2016

Jouer avec les bouts de tissus...

 Vers la fin de l'automne dernier, j'ai eu envie de ressortir de son emballage de protection, ma poupée reçue pour le Noël de mes 7 ans.  C'est le seul jouet que j'ai gardé de mon enfance.  Et encore faut-il dire 'jouet' car je ne jouais pas vraiment à la poupée.  Je préférais les regarder tellement je les trouvais belle. 

Ça m'a fait une drôle de sensation de la tenir au bout de mes bras et de réaliser tout ce temps qui avait passé et à la fois, comme si c'était hier.  Il y a des objets comme ça qui créent des ponts entre hier et aujourd'hui en effaçant le temps psychologique.

J'ai donc eu très envie de lui redonner une deuxième vie.  Je savais, que presque chaque étape de la confection de sa robe, m'apprendrait des choses.

En effet, j'ai appris à faire des boutonnières festons à la main, j'aurais pu broder moi-même le rebord de son tablier ... fait des petits ourlets à la main etc... Tout ces travaux minutieux ont brodé mon hiver entre des lectures et des films.. Une autre façon de cultiver la patience.   Parce que j'ignorais que ce projet aurait pris tant de temps.

Aujourd'hui, je vous dévoile ma nouvelle poupée.  Je vous garde le 'Avant' pour la fin.

 

100_2402

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

100_2406

J'ai voulu en faire une "petite fille modèle"! Avec son pantalon festonné et ses petites ballerines.

C'est amusant de s'inspirer de personnages littéraires.

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

100_2404

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

100_2108

Soyez indugentes! Je ne lui avais pas coupé les cheveux.  La poupée se vendait telle quelle.

Sauf qu'ils étaient moins 'tapées'.  Maman pensait pouvoir lui mettre une perruque.  Elle l'avait choisie car elle trouvait qu'elle avait un beau visage. Toutefois, à l'époque, les perruques de poupées ne courraient pas les rues!!!

Voilà! c'est fait...avec ses cheveux et ses faux-cils, c'est vrai que cette poupée avait de beaux traits.

Elle a été fabriqué au Canada par la compagnie "Reliable".

Ce qui me fascinait et me séduisait à la fois, c'était la boîte dans laquelle la poupée était présentée.

On devait soulever un couvercle pour la prendre.  Maintenant, elles doivent  sortir par le haut des boîtes, et il faut presque la dégager de force en lui empoigant la tête!

Idem pour les lapins de Pâques. Autres temps, autres moeurs. Probablement une histoire de coût de fabrication?  Mais c'est tellement moins poétique.

À cette époque, on apportait plus de soins à ces petits détails. 

Quelle petite fille n'a pas ouvert les yeux bien grands devant ces étalages, aux temps des fêtes.  La plupart d'entre nous avons sûrement rêvé d'une poupée. (Je parle des cinquante ans et plus, tout en étant bien consciente qu'il y a eu aussi des fillettes qui détestaient les poupées) :)

Elles ont inspiré les auteurs jeunesse, mais aussi certains scénaristes de films d'horreur!!!!

Personnellement, peut-être à cause de ces films, je n'aime pas toutes les poupées.  J'avoue que parfois, certains visages me donne froid dans le dos.

En terminant, j'ai été surprise de constater via Internet, qu'ils existent énormément de collectionneurs de poupées. Il y a aussi des livres sur le sujet.

Il existe aussi des poupées nouvellement fabriquée dites de collection .  Elles sont faites à la main et sont magnifiques, mais à des prix faramineux.

gotz-poupee-gotz-hannah-ballet-50cm-ref-go1059034

Je pense aux poupées Gotz

Si vous naviguez sur Pinterest, vous en trouverez pour tous les goûts. 

Un pinterest ici

Cela dit, c'est sans compter les nombreux sites de maisons de poupées et de miniatures.

Stéphanie et moi, on s'amuse à découvrir ce mini-monde attrayant et on s'échange des découvertes.

On s'en sert comme maquette pour des idées de décoration!

Et pourquoi pas!  C'est joli comme tout. 

C'est tout un monde que les poupées. Je vous invite à le découvrir.

Je n'ai aucune idée précise en quelle année a été fabriquée ma poupée. Fin '50 - début '60?

Il me semble qu'elle s'appelait 'Anna'

Et vous? Avez-vous encore une poupée de votre enfance qui vous a suivi?

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Posté par Tante Fi à 17:58 - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

06 mai 2016

Comme l'envol des oies

1843672-gf

RT1CAB1DNYDCAO93O72CAHOEMFVCAQ7LRR0CAMGZ3XZCABDKIDUCAC0Y8NWCAPKSLL3CANNEYWJCAZDWX9GCA2Z0QZWCA3D6QGWCAM801JFCAM5GQ1CCAPLOLP5CA7BWVGJCA8BU6S0CAZ7MTJ2

Carmen Belzile

Les éditions Guy St-Jean

Collection Charleston

Littérature québécoise

 

Mars 2016

376 pages

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Quatrième de couverture

Anne Savoie a toujours eu honte de ses origines modestes. Avec David, son grand amour, elle réalise son rêve: travailler dans l'entreprise de sa belle-famille, gravir les échelons de la société, goûter enfin au luxe et au succès. Puis, survient la tragédie : victime d'un accident d'escalade, son chéri meurt subitement et l'univers de la jeune femme s'écroule.

Profitant du drame pour se débarrasser de cette bru sans manière qu'elle a toujours détestée, Ruth Lampron, la belle-mère d'Anne, donne le coup de grâce : elle évince la veuve de la compagnie et la prive de tous ses avantages sociaux. L'unique consolation pour Anne sera ce chalet délabré et inhabitable, sur les berges du Saint-Laurent, laissé en héritage.

Seule et désemparée, Anne n'a d'autre choix que de tenter de reconstruire sa vie dans ce village qu'elle découvre à travers ses habitants. Replacera-t-elle tous les morceaux de sa vie; goûtera-t-elle de nouveau à l'amour ?

***

Mon commentaire:  Une histoire d'amitié féminine, d'entraide et l'apprentissage de valeurs plus axées vers l'essentiel.  Voilà en partie le contenu du livre.  Anne qui doit reconstruire sa nouvelle vie à Berthier-sur-Mer, tout en reconstruisant son petit chalet. 

Cette belle région du Québec en bordure du fleuve St-Laurent, servira d'écrin à ce roman doudou. Un roman qui donne juste envie de vivre au coeur d'un petit village qui souhaite la bienvenue aux estivants revenus prendre possesion de leur chalet loué pour l'été. Anne apprendra bien malgré elle, à s'entourer des bonnes personnes.

 

laila_berthier_sur_mer

Laila Berthier sur Mer

Peintre Huile et Acrylique Danielle Richard

Un roman apaisant qui redonne confiance et espoir.  Je suis certaine que l'auteur, Carmen Belzile, a puisé dans ses expériences de travail dans le Réseau de la santé et des services sociaux, pour nous bâtir le schéma d'une synthèse, afin d'apprendre à faire avec ce que l'on a et ce que l'on est.  Tous ces morceaux de quotidien liés ensemble forment un merveilleux roman. 

Extrait Chapitre 6...

«Six mois s'étaient écoulés depuis le décès de David.  Lors de ce premier réveil dans le chalet, une tasse de café dans les mains, Anne voyait défiler les souvenirs comme des images dans son esprit. Les fenêtres grandes ouvertes pour aérer les lieux malgré le temps frisquet, produisait un effet régénérateur.

  Elle aurait souhaité des flammes dans le foyer pour réchauffer l'atmosphère et répandre un arôme de bois brûlé.  Puis elle aurait tassé les bûches pour faire griller du pain sur la braise comme le faisait David.  Il adorait les rôties avec un petit goût de fumée.  Peut-être une autre fois, parce que, primo, elle n'avait jamais allumé de feu, secondo, il n'y avait aucune réserve de bois de chauffage et, tertio, elle croyait préférable de faire examiner la cheminée au préalable.  Même si le chalet était un cadeau empoisonné, c'était son seul bien.

  La petite rivière qui bordait la propriété était gonflée par la pluie des derniers jours, elle descendait en cascade et se tortillait à travers les roches.  Anne aimait ce son, la régularité du grondement la calmait et l'apaisait.  Les bourgeons d'un vieux lilas étaient sur le point d'éclore, il y en aurait à profusion à voir le nombre de boutons au bout des branches.

***

  Anne habitait ce village depuis un mois, dont deux semaines dans le chalet.  Un matin, Josée profita d'un temps d'accalmie au restaurant pour venir frapper à sa porte.

-  Bonjour Anne, je sais que tu es occupée, mais tu dois bien faire des pauses de temps en temps. Je suis passée chez DAVIDsTEA hier.  On goûte ce nouveau thé ensemble?

-  Bonne idée! Viens, on s'installe au comptoir, c'est le seul endroit où l'on peut s'asseoir.

-  Ouah! Tu as tout repeint!

-  Presque! À vrai dire, tous ces outils, ce matériel de nettoyage, ces pots de peinture, les boîtes empilées et les meubles recouverts de tes vieux draps me donnent l'impression de vivre sur un chantier de construction, malgré ça le travail me plaît et m'empêche de trop penser.

   Anne avait fait chauffer l'eau, sorti des tasses et quelques biscuits.

 

   Les fins d'après-midi, elle partait se promener sur la plage et grimpait sur le rocher qui formait une barrière protectrice contre le nordet.  Le soleil la ravissait chaque fois quand il descendait derrière les montagnes de l'autre rive.  Certains jours de grands vents, le fleuve se couvrait de moutons de mousse.  Toutefois, Anne n'avait pas revu la puissance des bourrasques qui l'avait accueillie.  Malgré la pluie ou le vent, elle sillonnait la grève quotidiennement.  C'était comme une méditation, le murmure des vagues pansait sa peine et effaçait peu à peu sa déception. »

***

Évidemment, au fil des jours, viendront se lier à Anne, de nouveaux personnages.  Tout plein de personnages!

Je vous laisse la liberté de les découvrir et le plaisir de faire leur connaissance! :)

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

1164833-auteure-granbyenne-carmen-belzile

Un mot sur l'auteure

"Écrire pour faire du bien"

*

Son premier roman

 

JLI3459801

que j'ai bien l'intention de lire...

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

03 mai 2016

Le jardin d'Amsterdam

1407141-gf

Linda Amyot

Éditions Leméac/jeunesse

Littérature Québécoise

Prix littéraire du Gouverneur général du Canada 2014

2013

84 pages

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Je résume!... C'est le récit d'une rencontre entre deux âges tendres et fragiles. Par un beau jour de mai, Élaine, une adolescente, se lie d'amitié avec Adèle. 

La narratrice (Élaine) dit que c'est à cause du vent qui a poussé le chapeau d'Adèle au-delà de la clôture de son jardin. Il tombe aux pieds d'Élaine, qui revient de l'école. La "vieille petite dame" pousse la porte pour reprendre son chapeau. Elle y tient beaucoup à ce chapeau d'un rouge coquelicot!

Pour remercier la jeune fille, elle l'invite donc à venir partager sa collation. Celle-ci accepte et s'installe à la petite table nichée sous la tonnelle. Pendant qu'Adèle va préparer le petit lait au chocolat hollandais et les biscuit au beurre de sel, Élaine contemple le jardin avec son lilas et les fleurs du printemps.

C'est le début d'une amitié précieuse qu'Élaine préfère garder secrète.  Le roman s'étend de mai à septembre, et raconte ces confidences échangées avec Adèle, au creux du jardin cocon.

2989ae6c1262c531ae83fb873f9cc191

*

C'est commode pour le lecteur de pouvoir imaginer facilement les lieux, grâce aux mots bien ressentis de l'auteur. L'atmosphère du jardin est soignée et parfumée, tout autant que l'écriture de Linda Amyot. Parmi les ombres et lumières du décor, j'ai perçu le lilas  comme le gardien bienveillant de l'endroit. Il y a la petite table sous la tonnelle où Élaine et Adèle échangent des souvenirs et des secrets. Lou, le petit chien d'Adèle qui n'est jamais loin de sa maîtresse et apprivoisera Élaine... Bref! C'est l'harmonie de la nature qui règne.  Finalement, un bel écrin végétal comme fond pour asseoir les personnages!

À ceux-là s'ajoute sa famille,Lena sa meilleure amie, Danaé, Marianne et Adrien.

Mais surtout Alex, le beau gars de la classe dont Élaine est secrètement amoureuse.  À ce sujet, l'auteur décrit très bien ces états d'âme que nous avons tous et toutes ressentis un jour ou l'autre dans nos vies. Ce premier amour qui vient avec le doute de la réciprocité.  Les jeunes lecteurs se reconnaitront à coup sûr dans le quotidien d'Élaine et d'Alex. C'est un passage remarquable dans les différentes étapes d'une vie. Ce qui donne un texte inspirant pour les jeunes.

S'ajoute à cette histoire les souvenirs d'Adèle.

*

J'ai tellement aimé le style d'écriture de Linda Amyot.  Grâce à une savante suite de phrases inégales, un peu comme une enfilade de wagons courts ou longs, ici et là, des phrases incomplètes, parfois simplement deux mots coincés entre deux points finals.  Ce qui forme, dans l'ensemble, un joli petit train de phrases cahotant sur des rails bien solides. Aussi en est-il pour les chapitres courts ou longs qui traversent le livre vers une destination qui demeure un voyage surprise pour le lecteur! :)

Bravo à Linda Amyot que je découvre! Si vous aimez les beaux jardins, les rencontres entre deux générations, sans qu'il ne soit question de quelques technologies en tous genres, cette petite plaquette est à lire à 'voix haute' dans sa tête! :) J'aime un roman qui me présente des mots justes et précis pour exprimer des émotions et des sentiments parfois nébuleux.  C'est assurément l'un des talents de cette auteur. 

Mon seul bémol?  C'est la couverture qui, à mon avis, est beaucoup trop sombre pour la lumière qui se dégage de ce roman. Mais c'est un goût personnel. Si ce roman ne m'avait pas été conseillé par Silvia Cramer('Ma' petite étoile), jamais il n'aurait attiré mon attention, croyant à une histoire très sombre et franchement, cela aurait été dommage!

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Après avoir lu 'Le jardin d'Amsterdam', je me suis rendue à la grande bibliothèque pour emprunter celui qui le précède: 'La fille d'en face'.  Celui où l'on fait la connaissance d'Élaine et de son amie Lena. C'est fait, il est lu, mais ce n'est pas parce que les romans de Linda Amyot sont courts qu'il faille se presser pour les lire.  Il faut les savourer. 

1096180-gf

J'ose espérer une troisième histoire de la vie d'Élaine.

*

linda-amyot

Photo: Crédit Jacques Frenette

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 mai 2016

En route pour un nouveau pays et Belles de jour!

pg005-gloire-heavenly_1

Un premier mai qui sent bon la pluie.

Une belle journée pour planter les belles de jour.  Je vais semer en pleine terre et en pot dans la maison.  Ces jolies fleurs volubiles sont un tantinet frileuses.  Donc, je m'assure d'en avoir une réserve au chaud!

Quand mai arrive, je voudrais que le temps ralentisse.  Et parce que je voudrais que le temps ralentisse, j'ai l'impression qu'il file plus vite!

  Il est si doux ce mois de mai... Il m'a manqué.  Je ressens l'énergie qui recommence à  circuler en moi, je me se sent mieux. 

 Le meilleur de la saison est à venir... Ralentir! Sentir! Goûter! Entendre et Toucher...

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Aussi je vous présente ce

roman historique pour tous!

La colonisation de l'Iowa, lu aux temps des fêtes.

 

yyQ0RKePeYntNfA7dFXYj5ccksM

 

Kenneth Sollitt

Éditions ebv

1994

219 pages

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Quatrième de couverture

«Ce livre donne une information de première main sur la vie des pionniers américains du siècle dernier.  L'auteur y décrit admirablement les difficultés et déceptions qui ont été leur partage, en mettant surtout l'accent sur les privations imposées aux femmes par ces hommes aventureux qui ont entrainé leur famille dans la ruée vers l'ouest.

À l'exemple de Molly Bullard, l'héroïne de En route pour un pays neuf, nombre de femmes ont fait preuve d'une force de caractère et d'un courage remarquable.

Cette histoire chaleureuse et émouvante dépeint à la fois la dignité et la fragilité de l'être humain.  On y voit apparaître tour à tour vigueur et faiblesse, courage et frustration.  Elle nous rappelle que "le bon vieux temps" n'a pas toujours été bon, que les tribulations des pionniers étaient bien réelles et qu'elles ont formé mais parfois aussi brisé leur vie.»

Janette Oke

***

Mon commentaire:   Si vous aimez l'histoire des pionniers américains, tels les récits de Laura Ingalls, vous aimerez ce roman.  J'ai eu la chance de pouvoir le lire grâce à notre fantaisiste Marielle.  Elle me l'a envoyé pour Noël! :)  

100_2256

Pour lire son billet c'est ici

Sur cette photo, il manque une délicieuse barre de nougat fruité! 

Il était délicieuse Marielle! :)

*

Le tome 1 - "Anne de la prairie",  semble malheureusement le seul tome qui fut traduit en français.

 

 

this-rough-new-land-vol-1-by-kenneth-sollitt-ann-of-the-prairie-pb-88335abd4e59b3227d0b8a3d46e2129b Ann vol anne 3     41xTnUZrXPL Voici les versions orignales. 

 

À propos de l'auteur, il a passé son enfance dans une ferme près de Sibley, dans l'Iowa (le Stebbinsville de ce livre.) Ses aînés lui racontèrent les histoires d'audacieux pionniers que la nostalgie d'une vie plus rentable et plus libre avait poussés à s'établir plus à l'ouest.

Il était si fasciné par ces récits, qu'il passa de longues heures dans la bibliothèque de Sibley à lire des livres d'histoire et des récits de pionniers.  L'un de ces derniers,"A lantern in her Hand" («Une lampe à la main»), rédigé par Bess Streeter Aldrich, l'impressionna tellement qu'il décida d'écrire les histoires qu'il avait entendues raconter dans son enfance.

 

51mH2EEEQmL

C'est ainsi que le premier jet de En route pour un pays neuf fut écrit à la main dans la bibliothèque de Sibley.  Sa tante Anne avait écrit un jounal où elle relatait ses premières années dans la prairie de l'Iowa.  Le journal servit de cadre au récit de ce livre qui débute en 1889 et se termine en 1893.

*

Les personnages principaux sont: 

«Molly Bullard, la femme de pionnier idéale qui a su à travers toutes les difficutés de la vie, assurer la cohésion de sa famille.

Son mari, Sam, était assez individualiste et intrépide.  Il dominait sa famille d'une manière autoritaire, exigeait qu'on fasse ses quatres volontés et donnait l'impression de ne jamais tenir compte des désirs d'autrui, surtout pas ceux de Molly.  (Pas très sympathique en fait).

Quant aux filles Bullard:

Elsie, s'était imposée comme chef de ses trois cadettes.  Elle était en effet une enfant malheureuse.  Tellement semblable à son père égocentrisme et pourtant toujours sur le pied de guerre avec lui.  Elle avait tendance à voir le côté sombre de chaque situation.

Anne, visage rond, taches de rousseur, yeux bleus.  Elle était sensible et sérieuse.  Ses cheveux châtains étaient généralement nattés à l'alsacienne.  De temps en temps, elle aimait être seule, mais aimait se faire des amies.  C'est elle qui ressemblait le plus à Molly. 

Vina, était le contraire d'Elsie. Enfant guillerette et exubérente, son sens inné de l'humour et sa douce insouciance ne lui ont jamais fait défaut.

Lucie, la poupée aux cheveux blonds et aux yeux bleus.  Comment être malheureuse avec trois soeurs plus âgées qui l'adoraient.

Finalement Mae, née à l'époque de En route pour un pays neuf.  La dernière de la famille Bullard.

Et heureusement, la présence des voisins les plus près Ehtan et Hilda Stone, oncle Phil, Elmer Phillips, Jed Miller - tous appelés à jouer un rôle vital dans la vie de la famille Bullard et de tous ceux qui ont aidé à dompter ce pays neuf.»

Avec une telle brochette de personnages tous colorés et les événements tristes où gais, on ne peut qu'avoir un bon petit roman entre les mains.  Comme je disais plus haut, les aventures ressemblent à tous bons romans de colonisation.  Je donnerais un 8/10 à ce roman et je remercie Marielle pour ce bon moment de lecture. :)

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

22 avril 2016

Billet guilleret printemps 2016!

Pour moi, le vrai de vrai printemps, c'est celui qui vient juste après le temps des sucres, celui qui invite les tourterelles à revenir se poser sur les fils électriques,  comme des notes de musique sur une portée.  Avec un peu d'imagination et de bonne volonté, c'est l'occasion de reviser les bases du solfège! :)  Leur roucoulement m'apaise.  Je les entends surtout le matin où le soir. C'est aussi celui qui fait gonfler les bourgeons des arbres, particulièrement ceux du lilas blanc.

    Mais mon coup de coeur va pour les merles.  Ils reviennent se nicher dans les branches de notre pommier, ils sautillent sur le terrain pour picosser dans le sol, afin de trouver des vers de terre comme des braves!   Leur chant du soir fait résonner en moi tellement de souvenirs d'enfance.  

C'est pour ça que je surnomme les merles et les tourterelles, mes beaux oiseaux du soir, car on peut encore les entendre chanter à la brunante quand tout est calme. 

 

merle-amerique3

Source

Tout comme la variété de lumière qu'offrent les saisons, c'est réconfortant de réaliser que ces phénomènes, ne changent pas à travers les années.

Également, chaque printemps, j'ai toujours une envie soudaine de me perdre dans un roman de Lucy Maud Montgomery.  Le printemps est ma période favorite pour lire cette auteur, à cause de l'atmosphère lumineuse qui se dégage de ses romans.

 

100_2165 41YFYQ7KNTL 100_0891 100_2016

 

*

Mais revenons à mes merles!

  Plus précisément les oeufs de merles.

 

800px-Oeufs_merle_amerique

Source

Un souvenir refait surface.  Quand j'étais petite, certains soirs de fin  mai,  il m'arrivait de faire le tour de la maison à la recherche d'un 'je ne sais quoi' d'intéressant que la nature aurait pu laisser là pour moi, (c'était comme un jeu).

La trouvaille qui m'émerveillait le plus, était un oeuf de merle éclos et tombé du nid.  Je me souviens que je les observais longuement. J'allais le montrer à maman, mais après... je ne suis plus certaine de ce que je faisais avec??? ..  Il me semble que je le placais à l'abri sous la galerie, où dans un autre endroit, protégé des gros pieds d'un géant qui aurait pu écraser mon petit oeuf! :)

Je devais avoir entre 3 et 5 ans.   Je m'amusais beaucoup avec mes chats et ce que la nature avait à m'offrir.

Plumes d'oiseaux, cailloux, petits oeufs tombés du nid, bébé crapaud... Ceux-là arrivaient toujours en surprise.  Concentrée à creuser un puit dans la terre, tout à coup...ça bougeait!  Hop! c'était bien un petit crapaud. Il avait la même  couleur que la terre.

Parfois, j'en retrouvais dans le potager, durant l'été.  Cette fois, je devinais sa présence par le tremblement d'un plant de haricots.  Je soulevais doucement les feuilles et il était là! :)  Une fois de plus, j'aimais l'observer et il repartait en sautant.

Le temps passait! :)

*

Avant de poursuivre, sur l'ouverture du printemps... je tenais à vous montrer ce joyeux colis qui m'est arrivé par la poste, d'une gentille factrice!

 

100_2394

Chocolats de Pâques, dans un boîtier de métal 'rétro'

C'est vraiment superbe!

100_2396

Un immense MERCI Stéphanie! :)

*

Je poursuis avec ce moment si important, où la neige et la glace se sont enfin retirée afin que je puisse  ouvrir la porte de la remise.  Chaque année, le même parfum s'échappe de ce petit cabanon;  ça sent l'automne.  Puisque nous l'avions enfermé avec tous les objets de parterre:  les pots de fleurs vidées, les chaises adirondack, la balancelle, les bains d'oiseaux...alouette!!!

Même que je retrouve quelques feuilles mortes qui ont passé l'hiver dans ce petit endroit de fortune!

tumblr_n845dhBdHZ1rrup4zo1_500

Source

*

 

Un beau dimanche après-midi de printemps au théâtre!

 DUCEPPE

encore-une-fois-si-vous-permettez-21919

Une pièce écrite par Michel Tremblay pour sa mère. 

Mise en scène de Michel Poirier

Jouée par Guylaine Tremblay dans le rôle de la mère 

et Henri Chassé qui est en fait le narrateur et joue le rôle de Michel Tremblay à travers sa jeunesse.

Une pièce vraiment savoureuse.  Un texte qui représente tellement bien LA mère québécoise des années '60.

Pour ceux et celles qui l'on déjà vu où lu, vous vous souviendrez sûrement de ces échanges parfois à sens unique.  Visiblement, Nana était un verbomoteur, exagérant 'à peine' selon ses dire, la réalité.

Chez Duceppe

Du 6 avril au 14 mai

 

WEB-Michel-Tremblaly-crédit-Tony-Hauser

Je vous cite ce dit l'auteur de cette pièce.

«Mon sens de l'humour, mon sens du drame, mon sens très personnel de la logique, mon côté «gros bon sens», ma proverbiale mauvaise foi me viennent de ma mère.  J'avais donc décidé, en 1998, pour fêter les trente ans de la création des Belles-Soeurs, de lui rendre hommage en la plaçant au centre d'une pièce qui raconterait comment une mère attentive et aimante peut devenir le mentor de son fils (le mot mentor n'a pas de féminin, autre injustice de la langue française!).

Ça a donné cette pièce.  Depuis, elle a fait le tour du monde.  Au cours des années, j'ai eu une mère chinoise, une mère noire, une mère amérindienne, quelques mères mexicaines, plusieurs mères d'Amérique du Sud. 

Elles ont toutes donné à leur fils des leçons de vie sous couvert de récits comiques et, oui, parfois invraisemblables. Mais, toutes, elles en ont fait un homme.»

*

 

photo%20tulipe-1

 

Vu que je viens de terminer le roman jeunesse "Faire des bombes pour Hitler" qui est beaucoup plus dure à lire émotivement.  C'est comme le 'Pendant' de (Enfant volé) . Nous sommes témoin de la vie que mène Lida, la soeur de Nadia pendant que sa petite soeur se retrouvera au Canada. Les deux livres ne vont pas un sans l'autre, mais ce ne sont pas des suites. 

  Alors, pour mon prochain roman, j'ai choisi une histoire publiée chez Charleston dont l'auteur est née à Trois-Pistoles. Elle a grandi au bord du fleuve St-Laurent, à Baie Comeau. 

Voici

"Comme l'envol des oies"

 

envol-oies

J'ai vraiment très hâte de le commencer!

*

 

51wRtxtJj8L

J'ai aussi très hâte que ce roman arrive ici.  J'ai vu le film 3 fois, mais chaque fois, j'ai raté la fin!!! La première fois, je ne me souviens plus la raison.  La deuxième fois, je me suis endormie, car à la télé, on diffusait toujours ce film très tard.  La troisième fois, environ 20 minutes avant la fin...une panne d'électricité!

picnic-a-hanging-rock-affiche1

Très bon film! fait en 1976 et refait je pense en 1998.

Voir une critique et plus de détails ici

Réalisé par Perter Weir (Le cercle des poètes disparus)

J'aimerais vraiment revoir ce film...au complet! :D

*

Et... peut-être ce projet poilu...

 

f7fd98cd

???

C'est à suivre...

 

Alors profitez de la belle saison, qui ne fait que commencer avec ses humeurs changeantes, certes, mais que nous attendons tous et toutes avec bonheur!

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

20 avril 2016

Mauvais poil

ALB2047_mauvaispoil_C1_300_280px_280

Charlotte Zolotow

Illustré par Geneviève Godbout - 2014

Éditions comme des géants pour 2014

Traduction de Christiane Duchesne

Première édition en 1963, repris en 1991

À partir de 3 ans.

*

Quatrième de couverture

C'est un matin de pluie tout gris.

Mais Charlot le chien, lui,

n'a rien à faire de la pluie!

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Un album tout mignon, qui a gagné ses médailles selon les nombreuses rééditions. L'histoire commence par un matin de pluie, qui rend le papa de mauvaise humeur.  Il quitte la maison  sans embrasser son épouse. 

La maman s'en prend à Jonathan, son petit garçon, qui porte encore la même chemise avec des taches...et ainsi, la mauvaise humeur se répend comme l'effet domino durant la journée.

 

tumblr_nzzaqiHNPv1sp8304o6_1280

 

Au retour de l'école, Sally dispute son petit frère parce qu'il joue avec sa poupée. Lui, va se réfugier dans son lit et Charlot veut monter le rejoindre.  Jonathan, le repousse par mauvaise humeur, mais Charlie, lui, pense qu'il veut jouer.

Alors, il rebondit dans le lit et se met à lècher Jonathan dans le visage et ça le chatouille.  Parce que Charlie, lui, n'est pas dérangé par la pluie.

 

PORTFOLIO-05-e1406659744971

 

Grâce au petit chien, toute la bonne humeur revient dans le coeur de chacun des membres de la famille.

Comme quoi les animaux de compagnie peuvent tellement ramener la joie dans la maison.

Un album à lire en famille!

 

ggodboutmarineleroy

Si vous voulez en savoir plus sur Geneviève Godbout

et ses nombreuses illustrations

c'est ICI

Personnellement, j'aime beaucoup ce qu'elle fait! :)

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

 

 

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

16 avril 2016

Enfant volée

index

Marsha Forchuk Skrypuch

 

RT1CAB1DNYDCAO93O72CAHOEMFVCAQ7LRR0CAMGZ3XZCABDKIDUCAC0Y8NWCAPKSLL3CANNEYWJCAZDWX9GCA2Z0QZWCA3D6QGWCAM801JFCAM5GQ1CCAPLOLP5CA7BWVGJCA8BU6S0CAZ7MTJ2

Éditions Scholastic

9-12 ans

2010

196 pages

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Quatrième de couverture

«Des ombres noires dansent sur les murs blancs, tout égratignés.  Il y a des marques d'ongles autour de la poignée de verre de la porte, qui ont été faites par je ne sais qui, et de petites échardes se soulèvent sur le panneau.

Pendant quelques secondes, toute tremblante, je regarde la neige sale, en bas.  Pourquoi suis-je prisonnière dans cette maison?

J'ai mal à la gorge à force de crier, et mes ongles sont pleins de sang à force de gratter autour de la poignée de la porte.  Je suis étendue sur le plancher et je regarde l'ampoule dénudée au plafond.  Je n'entends rien d'autre que ma respiration saccadée.

Quelqu'un traîne les pieds, se débat.  Un enfant crie dans le couloir.  Une porte se referme en claquant.

Un autre enfant volé.

***

Le passage ci-haut, en est un parmi d'autres dans le roman, qui apparaissent par bribes dans les souvenirs de Nadia.  "Enfant volé", c'est l'histoire d'une petite fille qui arrive au Canada après la deuxième guerre mondiale, en provenance d'un camp de personnes déplacées où elle a passé cinq ans.  Le roman débute en 1950.

Elle est accompagnée de Marusia, sa mère de fortune.  Elles feront toute la traversée en bateau afin de rejoindre Ivan qui les attend à Brandtford en Ontario.  Il a traversé un an avant pour trouver un endroit pour vivre.  Il a choisi cet endroit à cause des arbres et de ses deux églises ukrainiennes.  Il a aussi trouvé du travail dans une fonderie.  Ce qui leur permet d'avoir de la nourriture sur la table.

Une fois arrivée dans son nouveau chez soi, Nadia est peu à peu hantée par des souvenirs troublants et des rêves inquiétants.  Elle se voit dans une autre famille, entourée d'unifomes nazis.  Un jour, elle rencontre Hitler... Ces images qui surgissent dans sa tête sont-elle vraies? Qui est-elle vraiment?

Voilà en gros la trame du roman.  Nadia, petite ukrainienne tente de rassembler des morceaux du puzzle de son passé.  Ce que j'ai davantage aimé de cette lecture, ce sont les petits moments de sécurité qui finissent toujours par avoir le dessus sur les crises d'anxiété que vit Nadia, provoqué ces mauvais souvenirs.

On comprends qu'instinctivement, Nadia a développé ses propres méthodes pour se calmer. Par exemple, en entourant ses jambes avec ses deux bras, elle se balance d'avant en arrière assise dans un petit coin.   Ainsi, elle finit par se calmer.

Elle découvrira avec bonheur la bibliothèque municipale en compagnie de son nouvel amie Mychailo.  Elle va faire sa connaissance chez Mlle MacIntosh, professeur d'anglais. Elle s'y rend tous les après-midi de l'été pour pouvoir entrer en classe en septembre.  Aussi, ce système accommode Marusia qui doit aller travailler.

J'ai souri, le premier jour où Mlle MacInthosh l'invite à dîner.  Elle lui sert une soupe aux tomates 'Cambell', un marque bien d'ici et un grill-cheese.  Elle goûte sur le bout des lèvre et finit par aimer.  Il y a tous ces petits détails auxquels on ne pense pas, quand on doit complètement changer de culture à plusieurs niveaux.  C'est énormément d'adaptation.

La vie reprend son cours tout doucement, et les mauvais souvenirs refont surface aussi, s'atténuent, s'éclairssissent..

  J'ai trouvé que ce livre donne à réfléchir sur ce petit peu qu'on appelle l'essentiel.  Cet essentiel qui aidera Nadia à retrouver un équilibre: un toit, de la nourriture, de l'amour...une balançoire, un lilas et ses chers livres de la bibliothèque!

De doux extraits:

(Vu que Nadia n'aimait pas se sentir enfermée, il arrivait au début que Ivan et Marusia s'intallent avec elle pour dormir à la belle étoile) Ils sont vraiment très aimants avec Nadia.

Chapitre 5 - «J'aurais aimé dormir encore à la belle étoile, mais de gros nuages menaçants avaient envahi le ciel à l'heure du coucher du soleil.  Nous avons donc balayé la sciure de bois dans le salon,(Les rénovations se font petit à petit à mesure que l'argent entre) et Ivan a installé un matelas au milieu de la pièce.

-  C'est presque comme si tu étais dehors.  La pièce est grande.  Et si tu as besoin de nous, nous sommes juste à côté, a dit Marusia en montrant la chambre. 

À voir son regard, je savais qu'elle était épuisée et je savais aussi qu'Ivan l'était encore plus.  J'ai donc souri et dit que c'était très bien ainsi.

J'ai apporté le livre de Mlle MacIntosh dans mon lit et j'ai regardé les images en essayant de prononcer les mots jusqu'à ce qu'il fasse noir.

Le tambourinement de la pluie sur le toit couvrait le chant des grenouilles.  Peut-être qu'elles se mettaient à l'abri et dormaient quand il pleuvait? La pluie était apaisante, mais les grondements du tonnerre, au loin, me rappelaient le bruit des bombes. 

Les fenêtres n'avaient pas de rideaux, alors quand une auto passait, d'étranges ombres glissient sur les murs.  J'ai fermé les yeux et je me suis concentrée pour ralentir ma respiration, en espérant m'endormir rapidement.»

***

Page 150... «Une fois à la maison, Marusia et Ivan se sont assis dans la cuisine pour bavarder.  Je voulais leur laisser du temps ensemble, alors plutôt que de m'asseoir avec eux, je suis montée dans ma chambre.  Je me suis assise sur mon lit et j'ai jeté un regard satisfait sur ma belle chambre.  Elle était dans un grenier, comme celle de Cendrillon, mais elle était chaude et confortable.  Les murs lilas me donnaient un sentiment de sécurité.  Ma table de chevet faite d'un caisson en bois était simple, mais dedans il y avait mes livres de bibliothèque et dessus, ma lampe.  De quoi d'autre aurais-je eu besoin? J'avais de la chance d'être aimée  par Marusia et Ivan.  J'ai pris un livre de bibliothèque et je l'ai serré contre mon coeur...

***

À la fin du volume, vous trouverez les notes de l'auteure qui a écrit quatre pages qui expliquent ce programme qu'on appelait Lebensborn.

En troisième de couverture, on en retrouve un petit résumé:

«J'ai entendu parler du programme Lebensborn pour la première fois de la bouche de ma belle-mère, la regrettée Lidia (Krawchuck) Skrypuch.  Le front nazi était passé deux fois par sa ville.  Zolochiv, et les soldats s'étaient emparés de leur maison.  Ses parents et elle sont alors devenus prisonniers chez eux.  Un jour, elle a surpris des bribes de conservations entre les officiers nazis.  Il devait se passer quelque choses à son école, le lendemain.  Ses parents l'ont gardée à la maison.  Quand elle est retournée à l'école, toutes ses camarades de classe qui avaient les cheveux blonds et les yeux bleus avaient disparu.  On lui a dit qu'elles avaient été emmenées pour le programme Lebensborn.  Je lui ai demandé ce que c'était.

De là la naissance de ce roman jeunesse.

*

 Nadia retrouve dans ses souvenirs son véritable prénom et découvre qu'elle avait une grande soeur.

L'auteure a écrit une autre livre:

 

1660635-gf

 

que je suis en train de lire.

Tout aussi captivant que le premier. Dans celui-ci, on part du moment où les deux soeurs ont été séparé.  Nous traversons de l'autre côté des choses en terme de condition de vie pour la soeur de Nadia. Elles ont pris deux chemins  différents bien malgré elles.  Pourront-elles se retrouver?

Je l'ignore.  Je n'en suis qu'à la page 38!

Deux livres qui iront dans ma bibliothèque jeunesse idéale!

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

11 avril 2016

Méli-mélo de janvier à avril 2016

Voici un méli-mélo de romans et documentaires.

Depuis janvier, j'ai pris une pause sans pour autant que la vie continue à m'offrir de bons livres et autres activités.  Tantôt des trouvailles en bibliothèque, tantôt des achats en librairie, mais cette fois, j'ai été raisonnable! :)

J'ai reçu de belles surprises par la poste.

Un billet d'ailleurs que je devrai compléter en plusieurs volets...

Comme ça faisait très longtemps que je n'avais pas fait de méli-mélo, j'ai pensé que ça pourrait être intéressant d'y ajouter une liste de romans à lire.

Ceux-ci ont déjà été lu durant les vacances de Noël et ma période de pause. 

C'est VRAIMENT un mélange de tout! :)

 

100_2280

L'arrivée chez moi de Mme Piquedrue, venue tout droit d'Angleterre, m'a beaucoup touché ! 

Un petit personnage attachant et tellement significatif pour moi, du fait qu'elle est née de l'imaginaire de Beatrix Potter.

Prenant elle-même le thé, je l'ai placé dans le plateau.  Juste à côté d'un sachet de bonbons au miel.  Une douceur offerte par mon amie 'septimontaine'. :)

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Quelques lectures lues durant les vacances de Noël..

DSC_1425

 

Il me reste à lire "Rose et ses sept cousins"

et

"Middlemarch"

737291-gfACH003584364

yyQ0RKePeYntNfA7dFXYj5ccksM@150x239

513W391Q9BL

0858022_200

H1ICA2H2RPNCAXHNOWTCANNGK2KCAXA5QUJCATCTZJICAJSSIF9CAXIHL1HCAG6EODRCACJLWGVCA6TDWAPCAASGV28CAP2XMWKCASCI0FOCAO8I2XDCAXHCBNUCA8K0A7ICATHNY2QCADRHPKE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1994-240x

Littérature québécoise

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Les documentaires

*

klgl7519  

9782035901439-X_0

RT1CAB1DNYDCAO93O72CAHOEMFVCAQ7LRR0CAMGZ3XZCABDKIDUCAC0Y8NWCAPKSLL3CANNEYWJCAZDWX9GCA2Z0QZWCA3D6QGWCAM801JFCAM5GQ1CCAPLOLP5CA7BWVGJCA8BU6S0CAZ7MTJ2

1428206-gf

*

caisse à vin

 *

61gfH3EKXcL

Enfin......... J'ai fini par pouvoir l'obtenir en ligne à prix raisonnable!!!

*

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

À suivre... Brico, cuisine, littérature jeunesse, film et magazine...

Mais avant, je tenais à vous montrez un matin d'avril 2016.

Le 6 pour être plus précise...

Certains et certaines de ma région reconnaitront nos printemps incertains!

100_2375

Comme quoi, en avril, il ne faut pas se découvrir d'un fil!

Certains et certaines de ma région se reconnaitront

7Q5CALRN1MGCAVC6HMLCAH5LX6NCAZICJWQCA6AGSIKCAFJZLNUCA1N6R4ZCA52YWW8CAIAKO9UCA8PIAGWCARYKLI7CANEBUFKCA6VI2YOCA9TMH5PCAASR41DCAFWRDS3CAUTQ2IBCALMFRI1

 

Posté par Tante Fi à 01:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,