petit_recueil_de_poemes_sur_les_mois_et_les_fetes_de_l_annee_collectif_delphine_dupuis_9791090710139

Le petit mot des Vieux Tiroirs

"Le temps passe.  Et chaque fois qu'il y a du temps qui passe, il y a quelque chose qui s'efface" écrivait Jules Romains.  S'il est une chose sur laquelle le temps n'a pas d'emprise, une chose qu'il ne peut effacer, ce sont bien les vers magnifiques que nous ont légués Jean Aicard, Victor Hugo, Théophile Gauthier, Alfred de Musset et tant d'autres sur les mois et les fêtes qui rythment l'année.

 

Illustré principalement de chefs-d'oeuvre impressionnistes, ce petit recueil sera le compagnon idéal pour savourer l'hiver au coin d'un feu, fêter le retour du printemps assis dans un jardin public, réchauffer son coeur au soleil de l'été et admirer les couleurs de l'automne accrochées aux arbres...

 

Chaque mois, chaque fête qui s'y rapporte, deviendront tour à tour vos préférés et vous finirez par apprécier le temps qui passe sans plus jamais vouloir le brusquer. " (Quatrième de couverture)

 * * *

Q7Bac

Premier sourire du printemps

de

Théophile Gauthier

 

Tandis qu'à leurs oeuvres perverses

Les hommes courent haletants,

Mars qui rit, malgré les averses,

Prépare en secret le printemps.

 

Pour les petites pâquerettes,

Sournoisement lorsque tout dort,

Il repasse des collerettes

Et cisèle des boutons d'or.

 

Dans le verger et dans la vigne

Il s'en va, furtif perruquier,

Avec une houppe de cygne,

Poudrer à frimas l'amandier.

 

 La nature au lit se repose;

Lui descend au jardin désert,

Et lace les boutons de roses,

Dans leur corset de velours verts,

 

Tout en composant des solfèges,

Qu'aux merles il siffle à mi-voix,

Il sème aux prés les perce-neiges

Et les violettes aux bois.

 

Sur le cresson de la fontaine

Où le cerf boit, l'oreille au guet,

De sa main cachée il égrène

Les grelots d'argent du muguet.

 

Sous l'herbe, pour que tu la cueilles,

Il met la fraise au teint vermeil.

Et te tresse un chapeau de feuilles

Pour te garantir du soleil.

 

Puis, lorsque sa besogne est faites,

Et que son règne va finir,

Au seuil d'avril tournant la tête,

Il dit: "Printemps, tu peux venir!"

 *

barker3

*