UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Tistou-les-pouces-verts-Livre-de-poche

Maurice Druon

Le livre de poche

1968

184 pages

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Les personnages principaux: Tistou - Mr. Père - Mme Mère - Le jardinier Moustache - Mr. Trounadisse, le professeur et Gymnastique le poney qui parle, ami de Tistou.

*

"Tistou s'endort toujours en classe.  Alors son père, qui est beau, riche et marchand de canons, décide de l'envoyer à l'école de la vie.

Première leçon avec le jardinier Moustache, qui découvre une chose merveilleuse:  Tistou a les pouces verts.  Les fleurs poussent sous ses doigts!

Avec des roses à l'hôpital, du chèvrefeuille sur la prison, la ville est transformée.  Mais que va-t-il arriver si les canons de Monsieur Père disparaissent sous le lierre et les églantines?"

Un conte à partir de 9 ans.

«Je ne sais pas ce qu'est un livre pour la jeunesse.  Je n'en ai jamais écrit.  Quand un livre est bon, il doit être lu par tout le monde. »  Michel Tournier

*

Mon commentaire: J'ai découvert ce petit livre jeunesse un soir que je feuilletais mon vieux compagnon; "La bibliothèque idéale" dans la section 'La bibliothèque des jeunes'. 

J'adore fureter dans ce livre quand j'ai envie de bouquiner chez moi. Ce que j'appelle du butinage.  Pas toujours envie d'entreprendre un roman.  

Tout d'abord, la lecture de Tistou..., m'a apporté une impression de fraîcheur de par toute la verdure et les fleurs qui courent à travers tout le livre.   Même si je le savais, Tistou les pouces verts m'a fait réalisé encore plus fort toute l'importance que prend la  place de la végétation sur la terre.  C'est en l'accompagnant à travers les leçons qu'il reçoit de Monsieur Trounadisse, qu'on se rend compte que bien souvent, les adultes sont complètement à côté de la 'track'.  En dehors de leur souliers, en croyant bien sûr le contraire.  J'ai perçu Tistou comme une sorte de 'Petit prince' terrestre..  Je me suis sentie bien à lire son histoire. 

Chaque chapitre apporte une réflexion ou un comportement d'adulte mais aussi une répartie d'enfant.  Un autre point de vue dans la plus pure logique des enfants!  Mais heureusement Tistou, lui a les pouces verts! :)  Et l'auteur nous a construit tout un univers avec des petites touches d'humour adorables!

Aussi offert en album, que je me promets de lire

610964-gf

*

J'ai choisi comme extrait une partie du chapitre 6, puisqu'il nous met tout de suite dans l'ambiance du récit.  Quelques personnages qui s'ajoutent, les lieux.. dans la belle serre de Monsieur Père... Allons-y! :)

Chapitre 6

   Où Tistou prend une leçon de jardin, et découvre, du même coup, qu'il a les pouces verts

   «Tistou mit son chapeau de paille pour aller prendre sa leçon de jardin. 

   Monsieur Père avait jugé logique de commencer par là l'expérience du nouveau système d'éducation.  Une leçon de jardin, c'était au fond une leçon de terre, la terre sur laquelle nous marchons, qui produit les légumes que nous mangeons, les herbes dont on nourrit les animaux jusqu'à ce qu'ils soient assez gros pour être mangés...

   -  La terre, avait déclaré Monsieur Père, est à l'origine de tout.

   «Pourvu que le sommeil ne me reprenne pas!» se disait Tistou en se rendant à la leçon.

   Dans la serre, le jardinier Moustache, prévenu par Monsieur Père, attendait son élève.

   Le jardinier Moustache était un vieil homme solitaire, peu bavard et pas toujours aimable.  Une extraordinaire forêt, couleur de neige, lui poussait sous les narines.

   La moustache de Moustache, comment vous la décrire?  Une véritable merveille de la nature.  Les jours de bise, lorsque le jardinier s'en allait la pelle sur l'épaule, c'était superbe à voir; on aurait dit deux flammes blanches qui lui sortaient de nez et lui battaient les oreilles. 

   Tistou aimait bien le vieux jardinier, mais il en avait un peu peur.

   -  Bonjour Monsieur Moustache, dit Tistou en soulevant son chapeau.

   -  Ah! te voilà, répondit le jardinier.  Et bien! on va voir de quoi tu es capable.  Voici un tas de terreau et voici des pots à fleurs.  Tu vas remplir les pots avec du terreau, enfoncer ton pouce au milieu pour faire un trou et ranger les pots en ligne le long du mur.  Après nous mettrons dans les trous les graines qui conviennent. 

   Les serres de Monsieur Père étaient admirables et dignes en tout point du reste de la maison.  Sous l'abri des vitres étincelantes, on entretenait, grâce à un gros calorifère, une atmosphère humide et chaude; il y poussait des palmiers importés d'Afrique; on y cultivait des lis pour leur beauté, des tubéreuses et des jasmins pour leur parfum, et même des orchidées, qui ne sont pas belles et qui ne sentent rien, pour une qualité tout à fait inutile à une fleur et qui s'appelle la rareté.

   Moustache était seul maître dans cette partie du domaine.  Quand Madame Mère faisait visiter les serres à ses amies du dimanche, le jardinier, habillé d'un tablier neuf, s'installait sur la porte, aimable et causant comme une pioche.

   À la moindre tentative, de la part d'une de ces dames, de toucher aux fleurs, ou seulement d'en respirer leur parfum, Moustache bondissait sur l'imprudente et lui disait: 

   - Non mais! Vous voulez peut-être me les tuer, me les étrangler, me les suffoquer?

 

 

36403-gf

Ce qu'on en dit

Tistou est un petit garçon curieux qui pose trop de questions.  Et surtout, il n'admet pas cette manie des grandes personnes à vouloir toujours «expliquer l'inexplicable».

Un autre livre qui suggère de belles lectures pour les jeunes et aussi de tous les genres.

Toujours présenté en 10 - 25 et 49 livres (les meilleurs) Le cinquantième? c'est à chacun d'en décider! :)

*

En terminant, un petit mot de Maurice Druon

«Tistou les Pouces verts est le seul conte pour enfants que j'aie écrit, et le seul sans doute que j'écrirai jamais. 

Il m'amusa, un jour, entre deux tomes des Rois Maudits et comme pour me détendre, de m'essayer à un genre littéraire que je n'avais point encore abordé, et fort éloigné de tous mes autres ouvrages.  Je me suis aperçu, chemin faisant, que les différences portaient seulement sur la forme et l'expression, mais que les problèmes de fond restaient bien les mêmes.

Et d'abord parce qu'il n'y a pas vraiment d'enfants auxquels on doive s'adresser précisément.  Il y a de futures grandes personnes, et puis aussi d'anciens enfants.  Jamais, dans la vie courante, je ne prends le ton enfantin pour parler à un enfant; je ne l'imagine pas si niais qu'il me faille niaiser pour m'en faire entendre.  Quand j'étais petit, et qu'on usait avec moi de cette mauvaise façon, cela me vexait beaucoup, et je pensais, sans bien sûr oser l'exprimer:

«Voici un Monsieur bien bête qui éprouve le besoin de s'accroupir pour faire semblant d'être de ma taille.»

Le personnage de Tistou est un petit garçon de cette espèce-là, qui n'admet pas que les grandes personnes lui expliquent le monde à l'aide d'idées toutes faites.  Et comme il ouvre - c'est la vertu essentielle de l'enfance - un oeil neuf sur les êtres et les choses, il met souvent en déroute le raisonnement des grandes personnes qui ont le jugement faussé par les lunettes de l'habitude.  Particulièrement, il ne comprends pas pourquoi, puisqu'on vit plus heureux avec de bons sentiments qu'avec de mauvais, avec la liberté qu'avec la contrainte, avec la justice qu'avec l'arbitraire, avec la paix qu'avec la guerre, disons très simplement avec le bien qu'avec le mal, les hommes ne parviennent pas à s'accorder pour vivre dans le bien.

Pour ma part, et c'est probablement ce qui me reste d'enfance, je n'ai pas encore compris ni admis cette incapacité.

Tout enfant est impatient d'agir dans le sens du bien commun, et il attend pour cela le miracle d'être grand.  Et puis, quand il est grand, généralement, il a oublié ce qu'il voulait faire, ou bien il y a renoncé.  Et rien ne se produit.  Il y a seulement une grande personne de plus, sans miracle.

Tistou, lui, a la chance, et c'est là où commence la féerie, de pouvoir agir étant petit.  Et il agit en se servant des fleurs, qui sont, exactement comme l'enfance, promesse et espérance.

Comment ce petit homme, cette promesse d'homme, emploie-t-il les fleurs pour rappeler aux anciens enfants que nous sommes qu'ils peuvent vivre plus heureux?  C'est ce que le conte va vous apprendre. 

Mais il est bien évident que Tistou n'est pas un enfant comme les autres.

Il me le prouve depuis dix ans par les amis qu'il me fait à travers le monde et qui sont de tous les âges.

                   Novembre 1967 - Maurice Druon

duheme9

Illustrations de Jacqueline Duhème

*

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8