1540-1

Véronique De Bure

Flammarion

2017

376 pages

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

Quatrième de couverture

"Au soir de sa vie, Jeanne, quatre-vingt-dix ans, décide d'écrire son journal intime.  Sur une année, du premier jour du printemps au dernier jour de l'hiver, d'événements minuscules en réflexions désopilantes, elle consigne ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée depuis plus de soixante ans dans l'Allier, dans sa maison posée au milieu des prés, des bois et des vaches.

La liberté de vie et de ton est l'un des privilèges du très grand âge, aussi Jeanne fait-elle ce qu'elle veut - et ce qu'elle peut:  regarder pousser ses fleurs, boire du vin blanc avec ses amies, s'amuser des mésaventures de Fernand et Marcelle, le couple haut en couleurs de la ferme d'à côté, accueillir - pas trop souvent - ses petits-enfants, remplir son congélateur de petits choux au fromage, déplier un transat pour se perdre dans les étoiles en espérant les voir toujours à la saison prochaine..."

*

Mon avis

La quatrième de couverture résume vraiment très bien ce dont parle Jeanne dans son journal.  Ce que j'ai aimé de ce roman, c'est la justesse avec laquelle l'auteure présente la vie de Jeanne.  Ni plus, ni moins.  Je trouve qu'on ne parle pas assez souvent des ces personnes âgées qui ont encore la santé et mènent une vie tout à fait ordinaire.  Sans tambour, ni trompette.  Il y a quelque chose de rassurant dans le fait de passer une année avec Jeanne. 

Trop souvent on parle des personnes âgées malades, ou avec une mobilité très réduite, presque handicapante.  Sinon, des romans humoristiques qui décrivent des mémés qui sautent en l'air.  Vous voyez ce que je veux dire?  C'est tout un où tout l'autre.  Entre les deux, il y a Jeanne.  On connait tous une 'Jeanne' dans notre entourage.  Encore autonome avec ses limites, ses peurs, ses petites tricheries, petits mensonges pieux faits à sa pédicure lui avouant qu'il lui arrive d'oublier d'appliquer sa crème pour les pieds.  Elle devrait le faire tous les soirs selon les conseils de la jeune fille.  À nous, elle dit ne jamais le faire.  Car elle a du mal à se plier en deux pour rejoindre ses pieds. :)

J'ai compris aussi en lisant ce livre la distance que vit Jeanne avec ses enfants, certaines époques de sa vie. En fait, ce sont comme de petits deuils qui se font tout doucement et elle aime de plus en plus la loi du moindre effort. Elle se sent bien comme ça.   Ce n'est pas un drame pour elle.  C'est le cours des choses.  

 Si vous aimez ce genre littéraire (le journal intime) et que vous aimez entendre raisonner les personnes âgés dotées d'une certaine force tranquille, vous aimerez 'Un clafoutis aux tomates cerises'.

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8