un-parfum-d-encre-et-de-la-liberte-9782749925981_0

triple coeur

Sarah McCoy

Michel Lafon

2016

***

Quatrième de couverture

1859. Chez les Brown, la cause abolitionniste se transmet de père en fille.  En pleine guerre de Sécession, la jeune Sarah suit les traces de son célèbre paternel, sacrifiant tout de sa vie de femme dans son combat pour la liberté...

 

300px-brown-26369-2

Sarah Brown

 

2014, banlieue de Washington.  En achetant cette vieille demeure sur Apple Hill, Eden pensait pouvoir guérir son désir d'enfant - que son corps lui refuse.  Une nouvelle vie, de nouveaux voisins et, surtout, cette mystérieuse tête de poupée retrouvée dans la cave, lui ouvriront un autre chemin, tracé pour elle depuis plus de 150 ans...

Plusieurs décennies séparent ces deux femmes et pourtant leurs destins se rejoignent sur bien des points...

k2701039

Mon avis

J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman historique qui est très bien documenté. L'auteur a pris des libertés avec les événements historiques et les faits.  Elle avait plus à coeur de cerner les sentiments de Sarah et son impact sur Eden qui vit en 2014, de nos jours (soit 160 ans plus tard) que de dresser un portrait officiel. 

Ce livre est donc entièrement l'invention propre de Sarah McCoy.  Mais il reste que le côté historique est assez près je crois de la réalité de Sarah Brown.

Afin de mieux vous présenter les couleurs de ce roman, j'ai choisi de vous transcrire des passages qui contiennent des moments douillets malgré l'absence d'abondance dont certains passages de Noël, puisqu'il débute en décembre. Voilà pourquoi je l'ai choisi en ce temps des fêtes.

Ce qui m'a plut aussi, c'est la rencontre de la famille de Louisa May Alcott, où seront reçus Sarah, sa mère et sa soeur.  Également le voisinage de David H. Thoreau.  Tous des transendantalistes et travaillant pour la cause abolitionniste de l'esclavage pour les noirs.

***

Début et fin du Prologue...

New Charleston,

Virginie-Occidentale

Février 2010

"La vieille maison sur Apple hill lane tremblait sous le poids de la neigeLes poutres gémissaient, fatiguées par les années, murmurant leurs douleurs secrètes aux colombes venues de réfugier sous le toit.  Blottis plumes contre plumes, les oiseaux hochaient rapidement la tête comme pour dire "oui, oui, on sait, oui, oui, on comprend".  Pendant ce temps, tout en bas, au fond de la cave, le gel aiguisait le métal qu'on entendait tinter à l'intérieur de la tête en porcelaine de la poupée, rendant ses bords plus tranchants qu'un couteau.  Dans ce froid insoutenable, le crâne s'entêtait à résister, encore une minute, encore une heure.  (...) 

Dehors, le ciel s'était assombri.  La chape nuageuse se déchira, déversant un nouveau déluge de neige."

 

k2701039

 

Le 1er décembre 1859

Charlestown, Virginie

Le roman débute avec le triste sort de James Brown qui sera pendu pour avoir pris la défense des esclaves.   Suite à cet affreux événements, la famille de Sarah sera reçu chez Priscilla et Georges Hill et leur fille Alice, un peu simple d'esprit. Évidemment, cette famille se mettait en danger pour héberger les Brown; famille d'un condamné à mort.

 

k2701039

 

 

 

North Elba, New York

23 décembre 1859

"Avant l'aube, Sarah et Annie avaient coupé des branches enneigées de sapin et de houx dans la forêt derrière la maison.  Elles considéraient qu'il serait injuste de gâcher la fête d'Ellen pour une histoire de convenances.  Des voiles noirs étaient suspendus devant les fenêtres et les miroirs.  Sur le lac Placid, le blizzard soufflait et une épaisse couche blanche se formait. 

Les Alcott leur avaient envoyé un exemplaire d'Un chant de Noël de Charles Dickens, que Sarah appréciait beaucoup à l'exeption du début, quand le fantôme Marley apparaît enchaîné.  Elle le lisait à la petite Ellen en sautant les détails des premières pages.  "Un fantôme nommé Marley vient avertir Scrooge de la visite de trois esprits..." Elle préférait faire simple.  Il n'en fallait pas plus pour comprendre le reste de l'histoire."

Sarah et Annie accrochèrent les branches qu'elles avaient coupées au-dessus de la porte avec du ruban écarlate.  Le parfum qui s'en dégageait rappelait à Sarah la Virginie, Freddy et les gentils voisins venus avec des offrandes plein les bras.  Elle approcha ses doigts de son nez et de ses lèvres. "

*

New Charlestown

Virginie -Occidentale

Août 2014

Il se trouve aussi de très jolis passages quant à l'histoire d'Eden, qui elle rencontrera Mlle Silverdash qui tient librairie.  D'ailleurs, ce magasin rappelait à Eden un livre: "relativement fin à en croire la tranche, mais en l'ouvrant on le découvrait riche et étoffé, sentant bon le papier et la colle, un parfum de forêt et une nuit d'été." page 172.

*

 On retrouve aussi des chapitres consacrés à la correspondance entre Sarah et Freddy.  Voici ce que Sarah écrit à Freddy...

"Pour répondre à votre souhait, je vous envoie mon exemplaire des Flower Fables 61fOtaI5PqL

de Louisa May Alcott. C'est une romancière incroyablement talentueuse.  J'ai séjourné chez les Alcott quelque temps dans le Massachusetts avant d'emménager dans le dortoir pour filles.  Avec une telle concentration de femmes dans une maison, nous ne faisions pas beaucoup plus que jouer aux dames, lire les fables de Louisa et rêver.  Nous ne montrions probablement pas une forte assiduité pour l'étude car, dès qu'une chambre s'est trouvé libre, M. Alcott a conseillé que j'aille y habiter.  Il ne pense pas que dormir tête-bêche pour des jeunes filles soit une source d'éveil intéressante pour le corps ou l'esprit. Et comme les pieds d'Abigail sentent les sardines, je n'étais pas déçue de disposer de ma propre chambre. C'est un luxe que je n'ai jamais connu.

La fenêtre donne sur l'étang de Walden.  Un rêve! Même en plein coeur de l'hiver.  Exactement comme le décrit Thoreau, les couleurs du soleil reflètent un arc-en-ciel d'univers au gré du temps et des heures du jour." ...

***

Voilà! je m'arrête ici.  Ces passages vous donnent une idée de la plume de Sarah McCoy.  

Un très beau roman rempli de surprises.

index 3

J'ai lu l'exemplaire de poche édité chez Pocket en 2017.

À la fin, il y a aussi des photos de Sarah Brown et sa famille et les explications très intéressantes offertes par Sarah McCoy. Un peu comment elle a pu réaliser ce roman.

 

k2701039

 

"Sarah McCoy signe une grande fresque comme les Américains savent si bien les imaginer.

"Elle

Un billet de Mya's Books ici

Pour voir un autre billet c'est ici

Deux très beau billets qui viennent compléter les passages que j'ai choisis! 

 

k2701039