Livre-de-Serge-Leblanc-208x300

Serge Leblanc

M éditeur

Mars 2019

264 pages

Préface de Yvon Deschamps

***

Quatrième de couverture

"Serge Leblanc est handicapé physiquement (paralysie cérébrale), mais pas sur les plans intellectuel et social. son ami, l'humoriste Yvon Deschamps, qui signe la préface de son autobiographie, dit de lui qu'il est «un exemple de générosité, de dévouement et d'efficacité». Il soutien qu'il aurait pu profiter de son handicap pour se faire dorloter, se faire servir, etc. Au contraire, il a travaillé dur, joué avec enthousiasme, aimé avec passion. En effet, Serge Leblanc est un homme passionné et ... passionnant."

Responsable régional de l'Association de paralysie cérébrale au Saguenay-Lac Saint-Jean puis directeur de cet organisme,conférencier apprécié (il a même essayé d'en faire son métier), Serge Leblanc a sillonné le Québec pour conscientiser les gens sur la condition des personnes handicapées.

(...)

Son souhait: «Avec la publication de ce livre, je ne prétends pas avoir réglé le sort des personnes handicapées au Québec. J'espère avoir provoqué une réflexion d'une profondeur telle qu'elle influencera ceux et celles qui vivent avec une déficience quelconque à s'insérer davantage dans la communauté. »

Serge-Leblanc

1954 - 2019

Mon avis

Ce qui m'est restée de la lecture de cette autobiographie, qui selon moi est presqu'un éloge des forces de la nature, est aussi un partage avec ceux et celles qui souffrent d'un handicap apparent. Un ouvrage qui propose un autre regard et un comportement mieux adapté du citoyen qui jouit de toutes ses facultés sans problèmes.

Mon passage préféré est donc celui-ci, à la page 117.

Sans tout dévoiler du livre, il résume en tous cas, l'essence du message pour lequel il a milité en faveur de cette cause importante:

"Je suis atteint de paralisie cérébrale depuis ma naissance, mais je ne laisse pas mon état m'inquiéter. C'est seulement la réaction des gens qui me fait y penser.

Lorsque des personnes "normales" m'approchent, j'aimerais bien qu'elles se rappellent que tout ce qui est vrai pour elles est également vrai pour moi.

Tout le monde veut être traité comme un être humain intelligent et c'est ce que je cherche aussi. C'est très important pour moi, surtout quand le premier contact s'établit au téléphone. Parce que je sais alors ce qui traverse l'esprit de certains de mes interlocuteurs à cause de mon problème d'élocution et cette situation me met horriblement mal à l'aise.

Il ne faudrait jamais oublier qu'une personne vivant avec un handicap est d'abord et avant tout un être humain: nous avons des mains pour donner, un cerveau pour penser et un coeur pour aimer.

Personnellement, je n'ai pas beaucoup d'obstacles à surmonter. Mais le plus dur est certainement celui d'amener les personnes 'normales' à ne plus se concentrer seulement sur mon handicap, mais à voir surtout l'être humain que je suis.

Je fixe mes objectifs de jour en jour, car je ne sais pas ce qui m'arrivera demain. Et je ne veux pas le savoir. Je ne me préoccupe pas de l'avenir non plus, car on ne peut pas miser sur ce qu'on n'a pas."

*

Voilà, je trouves que ce témoignage résume bien le contenu de ce livre et se passe de commentaires supplémentaires.

Merci Marien pour le prêt, j'ai passé un bon moment de lecture.

Une lecture enrichissante!

***

Voir un autre lien dans le Journal Le libraire 

 

Incroyable Serge Leblanc

par Normand Baillargeon


Pendant ma lecture de Par-delà la paralysie cérébrale de Serge Leblanc, j’ai appris qu’il est hélas décédé, en juillet 2019.

 

M. Leblanc était atteint de paralysie cérébrale, laquelle, insiste-t-il, « n’est pas une maladie ». Toutes les personnes qui l’ont connu, comme sans doute toutes celles qui liront son livre, seront d’accord avec ce que dit de lui Yvon Deschamps, qui en signe la préface : « Il aurait pu profiter de son handicap pour se faire dorloter, se faire servir, etc. Au contraire, il a travaillé dur, joué avec enthousiasme, aimé avec passion. Sa vie a toujours été bien remplie. » Deschamps et lui avaient partagé la scène en 1995 au festival Juste pour rire et on peut visionner cela sur YouTube.

 

Serge Leblanc raconte son étonnant parcours sur un ton à la fois sincère, drôle et émouvant qui le rend d’emblée sympathique. Il annonce d’entrée de jeu ses couleurs, qui sont aussi celles de la cause à laquelle il a consacré sa vie : établir ou rétablir une ligne de respect envers les personnes handicapées en général et celles souffrant de paralysie cérébrale en particulier, lesquelles ne sont pas des extraterrestres, mais des êtres humains « dotés de mains pour donner, d’un cerveau pour penser et d’un cœur pour aimer ».

 

On le suit donc depuis l’enfance jusque dans les nombreux engagements de l’adulte dans cette cause, pour laquelle il écrit, donne des conférences, dirige des organismes, organise des événements et des téléthons. Il sensibilise aussi de nombreuses personnes à cette cause, parmi lesquelles des personnalités avec qui il se lie d’amitié — comme Yvon Deschamps, on l’a vu, ou Tex Lecor.

 

Dans les dernières pages, Leblanc évoque la progression de sa condition, sa perte de capacités physiques, de dextérité, de motricité fine, ce cancer de la prostate qu’on lui diagnostique, sans oublier la douleur que lui cause l’annonce du décès de son ami Tex.

 

Ce livre, par la vie qu’il raconte, nous donne une belle et précieuse leçon d’humanité et de courage.

 

Je dois le dire : je regrette de ne pas avoir eu la chance de serrer la main de cet homme remarquable.

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8