jane_austen_by_james_andrews_watercolour_1869_c_private_collection_courtesy_of_the_19th_century_rare_book_and_photograph_shop_stevenson_maryland

Portrait d'après les souvenirs de son neveux.

1. Jane Austen dans la littérature du 18ième siècle. 

J'ai appris que Samuel Richarson (1690-1761) a été l'inventeur du roman épistolaire.

Pamela ou la vertu récompensée.

2imagessamuel richardson_clarissa_cover 01


Pamela ou la vertu récompensée (1740) et Clarissa 1747-48)

Ces romans furent parodiés par Henry Fielding dans Shamela (1741). Il est aussi l'auteur de Tom Jones 1749

9724934

 

et

1281362

*

Aussi Charlotte Lennox qui publia

767478

The Female Quixote

1752

*

Au 18e siècle, les romans sont épistolaires, mais Jane finit par abandonner ce genre. Quant à son style, elle adopte le point de vue de son héroïne, comme Fanny Burney.

Jane visualise ses personnages. Ils sont peu décrits physiquement, on découvre leur caractère à travers leur discours, dont l'importance des dialogues. Le jugement de la société est aussi un élément de caractérisation: les personnages sont "déclared to be", "pronounced to be".

Jane Austen construit ses personnages selon un système de poids et de contrepoids: apporte des nuances via la comparaison. 

Autre détail intéressant, elle transcende les clichés :«C’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier, et, si peu que l’on sache de son sentiment à cet égard, lorsqu’il arrive dans une nouvelle résidence, cette idée est si bien fixée dans l’esprit de ses voisins qu’ils le considèrent sur le champ comme la propriété légitime de l’une ou l’autre de leurs filles.» (Orgueil et préjugés).

***

LA PARODIE DU ROMAN GOTHIQUE

Est venue ensuite les romans gothiques dont

Le château d'Otrante (1764)

302246060963697290698

qui fut le premier du genre.

Mais le plus populaires reste 'Les mystères d'Udolphe' (1794)

écrit par Ann Radcliffe

41W3M1F9M7L

"Ce roman, publié pour la première fois en 1794, est une variation sur le thème de la jeune fille persécutée ; il est surtout, sinon le premier roman gothique ou noir, du moins le plus cité (et imité) :

Emilie Saint-Aubert tombe sous la tutelle despotique de sa tante Madame Chéron. Pour l'empêcher de s'unir à celui qu'elle aime, Valancourt, la tante l'emmène au château d'Udolphe dans les Apennins.."

La recette d'un bon roman gothique part d'un structure archétypale: structure de contes de fées, un enjeu pour l'héroïne mue par une série d'épreuves avec une fin satisfaisante pour l'héroïne qui a triomphé des épreuses et mariage.

 NACatherinereading

"Catherine se faisant peur à la lecture d’Udolpho» Catherine scaringherselfwithUdolpho»)Illustration de 1833, artiste inconnu"

Donc, à prioriser le mystère dans un décor angoissant, idéalement, une jeune femme devant un héros méchant etc...

 *

LE STYLE AUSTENIEN

Virginia Woolf dit de Jane Austen que c'est la seule romancière qui écrit la 'phrase parfaite'. On peut compter plusieurs vigules dans ses phrases, puisque ses récits était fait pour être lu à voix haute.

Ses phrases 'épigrammatique' (petits poèmes satiriques), sont polies et très travaillées.

L'importance de la vraisemblance:

 Elle met beaucoup de détails

Série de lettres de Jane Austen à sa nièce Anna (août/septembre 1814)

2154650-gf

Voici un livre publié en février 2017

Recueil de lettres adressées par l'écrivaine à ses nombreuses nièces. Elle y aborde la lecture, l'écriture et les conseille avec humour en matière de stratégie amoureuse.

*

Elle décrit son art comme travailler un petit morceau d’ivoire avec un pinceau«si fin qu’il produit peu d’effet après bien du labeur» (lettre à Edward du 16 décembre 1816)

*

Les personnages et la caractérisation

Les personnages comiques sont ceux qu’on peut lire aisément : pas de profondeur.

Il y a une évolution de la perception des personnages au cours du 18esiècle :

On passe de l’idée qu’un enfant naît vierge de tout et se construit en expérimentant à celle que le comportement d’un personnage est aussi le produit de ses valeurs et de son sens moral.

Jane Austen construit ses personnages selon un système de poids et de contrepoids: apporte des nuances via la comparaison.

*

L'IRONIE

Oblige le lecteur à se montrer attentif à la complicité

Marqueur d’évaluation morale

Dénonce l’hypocrisie et la folie.

Sa cible : le jugement social et, les vérités toutes faites.

Transcende les clichés :

«C’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier, et, si peu que l’on sache de son sentiment à cet égard, lorsqu’il arrive dans une nouvelle résidence, cette idée est si bien fixée dans l’esprit de ses voisins qu’ils le considèrent sur le champ comme la propriété légitime de l’une ou l’autre de leurs filles. "Orgueil et préjugés"

*

En terminant, je vous laisse la liste de ses romans publiés en commençant par la première édition:

Raison et sentiments(1811).

Orgueil et préjugés(1813).

Mansfield Park(1814).

Emma(1815).

Northanger Abbey(1818).

Persuasion(1818).

Lady Susan suivi de

The Watsons (inachevé) (1871).

Sanditon (inachevé)(1925)

***

Notre conférencière a tenu à souligner que les films qui ont été repris récemment rendent moins bien la réalité de l'époque, dû à de nouvelles exigences cinématographiques afin que les images rendues soient parfaites.

Aussi, elle insiste sur la question qu'on lui pose souvent, à savoir si Jane Austen était féministe.

19254802orgueil-et-prejugesindex333hqdefault

medium-cover51dYDdZ7cdL

Elle répond qu'il n'en n'était même pas question à l'époque. Ce mot n'existait pas. Donc, négatif!

OGGCA8D4BNDCACOOK3HCASFDAQSCATVA6V6CAJH5UVOCAGSMJ1XCAGMFKINCA6DI20ACAPXS7XYCAR3LWFVCA6S1QVXCANTT5QZCAAO8FF5CAZCIUQWCA76P2ZHCAI8BGBZCAZGPOZXCANO3MAU