3310124-gf

Collection dirigée par Benjamin Lacombe

"BAMBI - L'histoire d'une vie dans les bois"

Roman de Félix Salten

Traduit de l'allemand par Nicolas Waquet

Préface de Maxime Rovere

Illustré par Benjamin Lacombe

Publié par Albin Michel

2020

176 pages

*

coup-de-coeur

5584adb7-5aac-11eb-a88b-02fe89184577

«Bambi retrace les premières années d'un faon et les épreuves qu'il devra affronter. Récit initiatique et hymne à la nature, il invite à ressentir la magie, la beauté et les dangers de la vie sauvage.

Publié en 1923 en Allemagne, le chef-d'oeuvre de Felix Salten rencontra un très grand succès, mais fut, peu après, interdit par les autorités nazies qui y décelaient «une allégorie politique sur le traitement des juifs en Europe».

*

L'adaptation par Walt Disney en film d'animation en 1942 acheva de plonger dans l'oubli l'oeuvre originelle et sa profondeur littéraire et symbolique.

Benjamin Lacombe éclaire magnifiquement ce texte: alternant fusain et peinture, séquences imagées sans mots et découpes délicates, il nous immerge dans la vie de la forêt, bruissant d'expériences et de sensations contrastées.»

 

838_capture_decran_2020-12-16_a_09

Fin de la préface écrite par Maxime Rovere, philosophe

« À cette lumière, les maux du monde contemporain, les tragédies sanitaires, écologiques, climatiques, humanitaires, prennent un nouvel aspect. Elles n'apparaissent plus comme des choses que nous subissons, mais comme les témoignages de notre perpétuel dialogue au sein du vivant, où les moments d'épreuve et de joie alternent comme des saisons. Bambi n'offre plus, comme chez Disney, le rêve d'un monde enchanté, mais un miroir où se rencontrent les forces les plus lumineuses et les plus obscures de ce monde. »

 

Mon avis

D'abord, dès le début du texte, (La naissance de Bambi), la plume de Felix Salten trace ...

«le milieu des fourrés, dans l'une de ces petites chambres cachées dans la forêt qui semblent ouvertes de toutes parts et qui pourtant sont protégées de tous côtés. Il n'y avait guère de place, juste assez pour sa mère et lui.»

Felix Salten offre un texte enchanteur tout au long de son récit. Quant à Benjamin Lacombe, il manie son pinceau trempé directement dans la lumière ou dans l'ombre liquide, au gré des saisons de la forêt de Bambi. Et le peintre sait combien une forêt peut présenter de nuances. Sans omettre de 'nuancer' les nuances.

Un travail de moine qui habille avec tellement d'éloquence les mots de Felix Salten.

Extrait page 76.

«Bambi nota que le monde avait changé. Il eu du mal à s'y faire. < ... >

Tout s'était transformé sans qu'il l'eût vraiment remarqué. Le changement qui s'était accompli n'avait été pour lui qu'une série de phénomènes nouveaux et amusants. Il se divertissait au spectacle des nappes de brume laiteuse (que j'aime ce mot) qui montaient le matin de la prairie ou descendaient soudain du ciel dans la lueur crépusculaire de l'aube. C'était si beau de les voir ensuite se dissiper au soleil. Il aimait aussi la gelée qui recouvrait la terre et la prairie d'une blancheur inattendue. Il s'amusa un temps à écouter bramer ses grands cousins les cerfs. La forêt toute entière résonnait de leur voix. Bambi tremblait de peur mais son coeur battait d'admiration quand les appels tonnants de ces rois lui parvenaient. »

Extrait page 78.

« La neige, au début, enchanta Bambi. L'air était calme et doux tandis que tombaient ces étoiles blanches; le monde avait en outre un aspect tout nouveau. Bambi le trouvait plus clair, plus gai même, et quand le soleil se montrait un instant, tout se mettait à briller, la blanche nappe scintillait, rayonnait au point de vous aveugler complètement.

Mais Bambi se lassa bientôt de la neige, car il était de plus en plus difficile de trouver de quoi se nourrir. Il fallait gratter pour mettre à nu une petite touffe d'herbe flétrie au prix de bien des peines. La neige vous coupait aussi les jambes et l'on craignait en permanence de s'écorcher les pieds.»

La forêt de Bambi est remplie des autres animaux comme lui qui l'habitent. F. Salten, les présente comme s'ils étaient des humains. Chacun a son nom propre, son caractère, ils y a les joies, les peines, les différents aussi entres eux, des dangers, etc...

Une histoire magnifique dont j'ignorais la réalité, n'ayant vu que le film de Walt Disney avec mon fils quand il était petit. Tout comme Benjamin Lacombe, il a eu beaucoup de peine quand Bambi a perdu sa mère.

J'ai trouvé sur Youtube deux vidéos. Dans la première, on présente l'album comme si on pouvait le feuilleter. Vous pourrez voir la beauté des illustrations et les autres techniques pour enjoliver le livre. 

Comme on ne pouvait feuilleter l'album en librairie (Covid) on peut le voir ICI

et

Une autre vidéo dont Benjamin Lacombe explique son travail et les liens inspirants de l'auteur.

Bonne lecture!

***