9782266262026

Laurence Peyrin

Les Éditions Pocket

juin 2016

445 pages

*

«Notons la plume alerte et rafraîchissante de Laurence Peyrin, qui fait preuve d'un talent d'écriture rare. Une véritable gourmandise.»  Métronews

Cet ouvrage a reçu le Prix Maison de la Presse.

*

Quatrième de couverture

Les jours s’écoulent, un peu trop calmes, un peu trop sages, pour Hanna Reagan, lorsqu’un grave accident de voiture la cloue sur un lit d’hôpital. La campagne irlandaise a ses charmes, ainsi que son romancier de mari, mais rien de pétillant comme sa voisine de chambre, une vieille dame malicieuse et mystérieuse répondant au nom de Zelda Zonk.
À ses côtés, et n’ayant rien d’autre à faire pendant sa convalescence, Hanna se prend à rêver d’une nouvelle vie, plus éclatante.

Est-elle vraiment épanouie dans son hameau perdu, dans son mariage routinier ? Alors que Zelda lui conte son existence positive et joyeuse, Hanna se demande s’il est encore possible de changer la sienne…

*

Je ne sais pas si quelqu'un d'entre vous a lu ce livre paru d'abord aux éditions de l'épée en 2015.

Cette quatrième de couverture dévoile d'autres petits secrets qui ajoutent à celle de l'édition Pocket.

J'aime bien les indices supplémentaires.  Pas vous? :)

 

images kero

Et si tout le monde pouvait changer de vie ?
«Foutu mardi, foutue pluie... Sur cette route d’Irlande qu’Hanna a prise tant de fois pour aller à son atelier, c’est l’accident.
À l’hôpital, la jeune femme se lie avec Zelda, sa voisine de chambre de 85 ans, positive et joyeuse, experte en broderie.

Mais Hanna sent un mystère chez la vieille dame, qui esquive toute question précise sur son passé. Que peut-elle avoir à cacher, à son âge ?

Bientôt, Hanna découvre que Zelda Zonk était le nom d’emprunt de Marilyn Monroe quand elle voulait passer inaperçue. Hanna sait bien que c’est absurde, Marilyn est morte il y a presque cinquante ans, et pourtant... Tout en menant l’enquête, Hanna commence à réfléchir au sens de sa propre vie.

Est-elle vraiment épanouie dans ce hameau perdu, dans ce mariage routinier ? Si vraiment Zelda est Marilyn, si elle a réussi à passer de la lumière à l’anonymat, pourquoi elle-même ne pourrait-elle pas changer de vie ?
Par-delà le voile de mystère autour de Zelda et Marylin, l'histoire d'un grand amour, émouvant et intense.»

*

Mon commentaire

Si Zelda Zonk a une drôle de vie, Laurence Peyrin nous livre ici un drôle de roman. Une bonne écrivaine du fait qu'elle sait garder son lecteur attentif à ce qui va suivre. Un récit singulier, dont on ignore la fin jusqu'au bout.

Sans être tout à fait un coup de coeur, j'ai vraiment, vraiment apprécié la plume de Laurence Peyrin.  Si vous aimez les remises en questions, les passions amoureuses bien racontées, avec Paris comme fond d'écrin,  aucune vulgarité, un savant mélange de sentiments et d'émotions psysiques et psychologiques, tellement bien décrits, autant dans le temps chronologique que dans les faits, les lieux etc...  J'ai admiré le travail de l'auteure, afin de mettre ces chapitres dans un ordre parfait: 3 nuits et deux jours.. Ouf! des passages très intenses.  Impossible à raconter, ça se lit. 

 

Autant de petites intrigues qu'il y a de personnages.

Ceux qui ont beaucoup lu sur Marilyn, devraient connaitre ce pseudonyme qu'elle empruntait..?

Les personnages principaux sont:  Hanna,

Zelda et Michael, le fils de Zelda.

Jeffrey, le  mari d'Hanna, écrivain de roman policier.

Gail, sa soeur, hôtesse de l'air

Patti, 8ans, sa nièce (la fille de Gail) qui habite chez Hanna et Jeffrey, car Gail est toujours entre ciel et terre pour cause, son métier.  Quand elle est à terre, elle habite soit dans son petit appartement de Londres où chez sa soeur à Dearbly en Irlande. 

Patti vit très bien cette situation.  En fait, elle a deux mères.

Marsha, son associée et meilleure amie

C'est avec tous ces personnages que l'auteure a choisi pour nous entrainer avec elle dans sa tête.  

Sentiments variés, émotions certaines pour Hanna.  Elle ira loin dans sa passion amoureuse, prête à tout, même à souffrir et elle le sait. Est-ce qu'elle se trompe? 

Au début, elle fera la connaissance de Zelda à l'hôpital suite à son accident.  Elles partageront la chambre et la convalescence. 

De cet événement innatendu, naîtra une belle amitié entre ces deux femmes.  Après les congés de chacune, à plusieurs reprises,  Hanna ira passer de courts séjours sur la ferme de Zelda Zonk. 

Un jour, Hanna cherche une lecture dans la bibliothèque de sa soeur Gail, elle feuillète comme ça, des albums que Gail garde de son idole, Marilyn Monroe.  Y aurait-t-il un rapport entre ces deux femmes ? Marilyn et Zelda? 

Je n'en dis pas plus..  Voilà, pourquoi j'ai trouvé que c'était un drôle de roman. Original.  

Entre son travail, celui de son mari, ses aller-retours chez Zelda, une rencontre la conduira à ce qu'elle voulait: changer de style de vie.  Mais par la plume toute perspicace de Laurence Peyrin, on s'accorde en même temps qu'Hanna, une bonne réflexion à savoir qu'est-ce que l'amour, qu'est-ce que la passion.  Comment en faire la différence?  

Son écriture

J'ai adoré... cette façon de dire les choses autrement.

«Quel beau voyage, déjà...

Zelda leur avait dit qu'un M. Collins les attendrait à la gare.  La description du bonhomme avait été succinte:  «Petit, corpulent, barbe et cheveux blancs, mais vous le reconnaîtrez!» avait assuré la vieille dame.

C'était sûr.  D'autant qu'il n'y avait personne d'autre sur le parvis en ce milieu de matinée.  Du moins, personne d'autre qui ressemble au Père Noël...» page 148.

***

«Ils serpentèrent dans les ruelles sinueuses entre les maisons à colombages.  De tous points, la vue était féerique, un patchwork de mer et de pairies.  Hanna comprenait maintenant l'inspiration que Zelda en tirait pour ses broderies de couleurs. ...» page 149-150.

***

«Nous sommes bientôt arrivés, annonça Collins.  C'est moi qui vous ramène à la gare, demain soir.  Nous ferons un détour par le port de plaisance.»

Au bout d'un chemin de terre bien entretenu et bordé d'un camaïeu de fougères violines se dégagea une bâtisse de pierres blanchies plutôt basse, aux volets bleus.

 

 

 

a661ab71aa5a6417aff1b8cd71391242

 

 

Sur le perron, Hanna reconnut une silhouette familière.  La vieille dame un peu voûtée s'appuyait sur une canne.  Souriante.» page 152.

***

«La maison de Zelda était telle qu'Hanna l'avait imaginée.  Les couleurs des patchworks muraux étalés en allégories naïves, comme elle avait pu en voir dans les ouvrages de Debbie Mumm dont elle s'inspirait depuis longtemps, les motifs des plaids jetés sur les fauteuils et les canapés ronds et larges gagnaient sur l'ombre prégnante.  Les murs épais, les fenêtres petites - pour préserver de la chaleur et des grands froids, certainement.

Car le cottage était vraiment ancien, cela se voyait à certains détails:  l'irrégularité des pierres qui avaient été laissées telles quelles à l'intérieur, sans plâtre ni papier peint, le sol dénivelé où quelques jointures de parquet couinaient sous les pieds.

Des abat-jours en verroterie disposées un peu partout dans la grande pièce éclairaient de leurs loupiotes orange et dorées des meubles en bois miellé, qui dégagaient un parfum sucré de cire.  Un magnifique bouquet de fougères éclatait en soleil sur la grande table d'hôte.»  page 153

***

Ici, petit clin d'oeil à Marielle et Stéphanie...

«À côté de Zelda et Hanna, Patti avançait à petits pas convenablement timides, mais la curiosité semblait lui donner des coups de pied aux fesses.  Il y avait dans un panier des ours en peluche boulochée.  La bonhomie de leurs yeux de verre tout ronds et leurs sourires brodés au point de tige jusqu'aux fossettes attirèrent la petite fille.  

«Oh fit-elle, leurs petits habits sont tricotés, on dirait.

- Oui, c'est vrai, souri Zelda.  C'est moi qui les ai tricotés, comme pour de petits enfants.»

«Regarde celui-ci.  Il s'appelle Maff.  C'est le tout premier que j'ai fabriqué.  Tu vois, il est articulé.

-  C'est vous qui avez fait ces ours? réagit Hanna, épatée.

-  Oui, ma chère.  Et je n'en suis pas peu fière.    page 154

***

J'aime quand l'auteure décrit la voix de Zelda:  «Une voix ronde et chaude, partait parfois dans des aigus de grelot.»

ou bien:  Dans son champs il n'y a pas un troupeau de moutons, mais «un nuage de moutons»! c'est bien plus joli!!! :)

Et ainsi, en continu, des descriptions d'atmosphère à envier pour Hanna et Patti, durant le court séjour chez Zelda.. que je vous laisse le plaisir de découvrir... C'est comme si on n'y était!

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8

content

La suite que je ne manquerai pas de lire aussitôt qu'elle arrive ici!

 

UNRCAKK7HS3CABODO1FCAHS0KLOCA2AKZTECACMH0RICAD0KQ96CAFFTN8SCAEYLA4JCAHHOM3WCA7RD9P6CASFKYYRCARD5ESGCAKZSXTVCAC52ZSACAQ197R9CA9JUSCVCA3FMLKACA6WBHB8